FRONTiere, MARches (17)

Elegia giudeo-italiana (XII sec.)

La Elegia del XII secolo è il più antico testo in dialetto giudeoitaliano, il cosiddetto ‘latino’, oggi noto come italkian, ma ormai per lo più estinto. Elegia composta sul motivo (e la forma) di Tissather le-allem, anche per il metro, abnorme da ogni uso italiano. La lingua – ma soprattutto l’uso di alcuni stilemi caratteristici – sarebbe quella delle Marche meridionali (Cassuto).

.

La ienti de Sïòn plange e lutta;

dice: «Taupina, male so’ condutta

em manu de lo nemicu ke m’ao strutta ».

 

La notti e la die sta plorando,

li soi grandezi remembrando,

e mo pe lo mundu vao gattivandu.

 

Sopre onni ienti foi ‘nalzata

e d’onni emperio adornata,

da Deo santo k’era amata.

 

E li signori da onni canto

gìanu ad offeriri a lo templo santo,

de lo grandi onori k’avea tanto.

 

Li figlie de Israel erano adornati

de sicerdoti e liviti avantati,

e d’onni ienti foro ‘mmedïati.

 

Li nostri patri male pinzaru,

ke contra Deo revillaru:

lu beni ke li fici no remembraro.

 

Pi quisto Deu li foi adirato,

e d’emperiu loro foi caczato,

ka lo Soo nome àbbero scordatu.

 

 

 

Tanto era dura loro signoria,

la notte prega ·dDio ke forsi dia,

la dia la notti, tanto scuria.

 

Ki bole aodire gran crudeletate

ke addevenni de sore e frate,

ki ‘n quilla ora foro gattivati?

 

Ne la prisa foro devisati:

ki abbe la soro e·cki lo frate;

e ‘n gattivanza foro menati.

 

 

 

En quillo planto s’àbbero aoduti,

e l’uno e l’altro conosciuti:

«Soro e frati, ovi simo venuti?».

 

E l’uno e l’altro se abbraczaro,

e con grandi planto lamentaro,

fi’ ke moriro e pasmaro.

 

Quista crudeli ki aodisse,

ki grandi cordoglio no li prindisse

e grande lamento no ne facisse.

 

 

lo santo Too nome bendicenti.

Le peuple de Sion pleure et a deuil ;

il dit : « Malheureux, me voilà livré

aux mains de l’ennemi qui m’a détruit. »

 

La nuit et le jour il reste à pleurer,

en se remémorant sa grandeur,

alors qu’il vit esclave par le monde.

 

J’ai été élevé sur tous les peuples

et orné de toute la puissance,

car de Dieu très-saint j’étais aimé.   

 

Et de toutes parts les bons seigneurs

venaient faire offrande au très-saint temple,

car il était tenu en grand honneur.

 

Les enfants d’Israêl étaient choyés,

par prêtres et lévites fort loués,

et parmi tous les peuples enviés.

 

Nos pères malignement pensèrent

quand contre Dieu ils se révoltèrent;

le bien qu’Il avait fait ils l’oublièrent.

 

Pour ce Dieu fut contre eux courroucé

et de leur empire ils furent chassés,

car Son nom ils avaient oublié.

 

                         […]

 

Leur soumission était tellement dure

que la nuit ils priaient Dieu qu’il fît jour,

et le jour la nuit, tant il était sombre.

 

Qui veut entendre quelle cruauté

arriva à une soeur et son frère,

qui en ce temps furent capturés ?

 

Mis en prison ils furent séparés :

tel eut la soeur et tel autre le frère,

et on les mena en captivité.

 

                   […]

 

Ils finirent par s’entendre, à leurs pleurs,

et par se reconnaître l’une l’autre:

« Sœur et frère, où en sommes venus ? »

 

Et l’un et l’autre, ils s’embrassèrent,

et par de grands pleurs se lamentèrent,

jusqu’à en mourir pâmés par terre.

 

Personne, entendant cette cruauté,

qui ne serait pris de grand tourment

et pousserait grandes lamentations.

 

                      […]

 

Ton très-saint nom toujours bénissant.

 

 Poeti del Duecento, a cura di Gianfranco Contini, Mil.-Napoli, R. Ricciardi ed. 1960.

(Trad. JcV)

.

.

Publicités

FRONTiere, MARches (13)

Enzo Gragnaniello, né au coeur populaire de Naples il y a 59 ans, créateur du groupe « Banchi Nuovi », vainqueur du prix Tenco à trois reprises, a chanté avec l’inoubliable Murolo e vit toujours dans les quartiers « espagnols » de la ville. A écrit pour Andrea Bocelli. Son succès Cu’ mme lui a valu une gloire internationale. En 2007, le disque Erba cattiva dont est tiré le texte présenté ici marque un virage. Du mélange avec le rock napolitain et de l’indignation civile naît en 2011 Radici qui a laissé une profonde impression (chanson du camorriste, chanson contre la pollution Sott’o mmare, etc.), encore sensible aujourd’hui quand il se produit en public dans le sud de la péninsule. Voici donc ‘Stu criatu, sorte de cantique des créatures laïc, ou peut-être pasolinien :

‘Stu criatu

’O saccio, ’o saccio je sulamente  Je sais, je sais moi seulement
Chelle c’aggio passate quanne ll’angelo è vulate,  C’que j’ai souffert quand un ange a passé
Chelle c’aggio passate quanne ll’angelo è vulate  C’que j’ai souffert quand un ange a passé
Quanne ll’angelo è vulate c’aggio passate.  Quand l’ange est passé j’ai dégusté.
’Na voce, ’na voce mmo rripete  Un’ voix, un’ voix depuis répète
Nun perdere cchiù tiempe circa r’essere felice  Ne perds plus ton temps, essaie d’être heureux
Nun perdere cchiù tiempe circa r’essere felice  Ne perds plus ton temps, essaie d’être heureux
Cerca d’essere felice, nun ce sta tiempe.  Essaie d’être heureux, il n’est que temps.
E cante’, e cantene l’aucielle  Et ils chantent, chantent les oiseaux
E cantene sultante quanno è sante lu pensiere  Ils chantent seul’ment pour sainte pensée
E cantene sultante quanno è sante lu pensiere  Chantent seulement pour sainte pensée
Quann’ è sante lu pensiere canta l’aucielle.  Quand elle est sainte l’oiseau chante.
 ‘A notte, ‘a notte tene ‘e stelle   La nuit, la nuit a ses étoiles
’E stelle hanno brillate fino a quanne l’ è guardate  Les étoiles brillent tant qu’on regarde
Le stelle hanno brillate fino a quanne l’ è guardate  Les étoiles brillent tant qu’on les r’garde
Fino a quanne l’ è guardate hanno brillate.  Tant qu’on a r’gardé ell’s ont brillé.
’A pace, ’a pace è comme ’a pece  La paix, la paix, c’est comm’ la poix
E ’a mette ’ncopp’ ’o ffuoche chille ca nun è capace  Au feu la met qui n’en est pas capable
Chille ca nun è capace mette ’o ffuoche sotto ’a pace  Qui n’est pas capable la met au feu
Mette ’o ffuoche sott’ ’a pace chi nn’ è capace.  Feu sous paix qui n’en est pas capable.
’A vocca, ’a vocca è comm’ ’e rrose  La bouche, la bouche est comm’ les roses
Quanne parle d’ammore tene ’e spine ’nde ’e pparole  Ell’ parle d’amour, ses mots pleins d’épines
Quanne parle d’ammore tene ’e spine ’nde ’e pparole  Quand parle d’amour, c’est mots pleins d’épines
Tene ’e spine ’nd’ ’e pparole si rice  ammore.  Plein d’épin’s dans ses mots d’amour.
’A vita, ’a vita è comme ’a morte  La vie, la vie est comme la mort
Stanne vicine ’e casa nun se ponne appiccecà  Deux voisines qui n’ peuvent pas s’entendre
Stanne vicine ’e case nun se ponno appiccecà  Deux voisin’s, et ell’s ne peuvent s’entendre
Nun se ponno appiccecà songh’ una cosa.  Ne peuv’nt s’entendr’ car sont pareilles.
E tu, e tu figlie ’e Maria  Et toi, et toi fils de Marie
Tu nun si’ mmanghe nate già si’ state cundannate  Même pas né, t’es déjà condamné
Tu nun si’ mmanche nate già si’ state cundannate  Même pas né t’es déjà condamné
Già si’ state cundannate appena nate.  Déjà condamné à peine né.
’E figlie, ’e figlie songhe ’e Ddie  Les fils, les filles sont au bon dieu
E nun se tocca niente ’e chelle ch’ è state criate  On ne touche pas c’qui a été créé
Chelle ch’ è state criate, nun ce l’amme mai ’mparate  C’qui a été créé, on l’a jamais appris
Nun ce l’amme mai ’mparate chistu criate.  On n’a jamais appris ce créé.

 (JcV)

.

_____________

Voici une interprétation en musique

Voir, ici même, FRONTiere, MARches (2), la tammurriata napolitaine

..

FRONTiere, MARCHes (8)

Nous avons appris que la poésie italienne paraît en langue vulgaire, après quelques rares textes proches de prières ou de versets bibliques, comme poésie d’amour, selon l’ancien modèle provençal, en Sicile. Or, voici qu’un parchemin retrouvé il y a déjà quelques années dans les Archives de l’Archevêché de Ravenne (le 11 518 [ter) et récemment édité par Alfredo Stussi vient bouleverser nos connaissances. Le manuscrit peut être daté entre 1190 et 1210 – vingt ans au bas mot avant le premier sonnet de Giacomo da Lentini – et il appartient à l’aire des Marches (ce qui convient parfaitement à notre rubrique). Comme l’écrivait Segre peu de temps après sa publication, “Le coordinate della nostra letteratura vanno riviste” (Corriere della Sera, 22 07 1999). Sans doute, la centralité de la langue siculo-toscane, puis toscane et florentine illustre, est-elle pour le moins à nuancer, au profit d’aires dites périphériques (« Anconitane Marchie » par exemple : De Vulgari Eloquentia, I, XI), d’autant que certains traits de ce texte vénérable [apparemment hybridé par suite de probables et banales retranscriptions],  sont plutôt septentrionaux, majoritairement de la basse plaine du Pô d’après Stussi lui-même.

. . .

1
1
10
20
30
40
50
Quando eu stava in le tu’ cathene,
oi Amore, me fisti demandare
s’eu volesse sufirir le pene
ou le tu’ rechiçe abandunare,
k’ènno grand’e de sperança plene,
cun ver dire, sempre voln’andare.
Non [r]espus’a vui di[ritamen]te
k’eu fithança non avea niente
de vinire ad unu cun la çente
a cui far fistinança non plasea.
.
Null’om non cunsillo de penare
contra quel ke plas’al so signore,
ma sempre dire et atalentare,
como fece Tulio, cun colore.
Fùçere firir et increvare
quel ki l’è disgrathu, surt’enore:
qui çò fa non pò splaser altrui,
su’ bontathe sempre cresse plui,
çogo, risu sempre passce lui,
tute l’ure serv[e] curtisia.
.
Eu so quel ke multo sustenea
fin ke deu non plaque cunsilare;
dì ne notte, crethu, non durmia,
c’ongni tempu era ’n començare.
.   .  / sì m’av[e]a p[o]sto in guattare.
Co’ ’n me braçe aver la crethea,
alor era puru l’[abra]çare;
mo son eu condutto in parathisu,
fra [su’] braçe retignuthu presu,
de regnare sempre su[n] confisu
cun quella k’eu per la [av]er muria.
.
Feceme madonna gran paura
quando del tornar me cons[e]llava
[dicen]te: «De ro[m]orç no ve cura».
[Se ratta] la gente aplan[ta]va
[. viande . .que]the [s]enti[e] l’ura
ka s’ella cun gran voce c[ri]thava
quando ’lu povol multu se riavesse
contra ’l parlathor se rengrochiss[e]
de[l] mal dir se [da] ella custothisse,
si fa[r]ò eu per la plana via.
.
D[..e..i] k[e], [Amo]re tego,
teve prego, non me smentegare.
[ka  sol  .  .  .  .  .le c’]abi sego
o ria morte [tor.] e supor[t]are
[.  .  .  .  .  .  .] de av[e]r mego,
ne cun lei fi’ s[a]ço co[n]tr’andare
[pe]l [l]assar la d[ase] non so cui.
Fals’è l’amor ke n’eguala dui
[et] eu [so] ko[sì servent’]a vui,
como fe’ Parise tuttavia.
 Quand j’étais entravé dans tes chaînes,
 oh Amour, tu m’as mandé de dire
 si j’acceptais de souffrir le martyre
 ou renoncer à tes munificences,
 qui grandes sont et pleines d’espérances,
 à dire vrai, toujours voulant aller.
 Je ne vous répondis droitement,
 car de vraie confiance n’avais mie
 de pouvoir m’unir à cette gente
 à qui ne plaisait point trop de hâte.
.
 À nul je ne conseille de peiner
 contre ce qui agrée à son seigneur,
 mais toujours dire et suivre son désir
 comme fit Tullius avec talent.
 Éviter de blesser en reproches
 si on n’est pas en grâce, procure honneur :
 qui le fait, à nul ne peut déplaire,
 sa faveur sans cesse va s’accroître,
 les jeux et les ris toujours le comblent,
 servant à toute heure courtoisie.
.
 Je suis celui qui beaucoup supportait
 jusqu’à ce qu’il plut à dieu de m’aider ;
 jour et nuit, ma foi, ne dormais pas,
 car chaque fois je restais en suspens.
.
 Où je croyais l’avoir dans mes bras,
 alors elle était pure, mon étreinte ;
 ores me vois rendu au paradis,
 entre ses bras retenu prisonnier,
 et bien assuré d’être toujours
 avec celle dont, pour l’avoir, mourais.
.
 Ma dame m’a grandement fait peur
 quand elle disait de retourner
 car “Aux calomnies point de remède”.
 Si vite la gente s’apaisait
 en accueillant de douces paroles,
 car dès qu’elle invoquait fermement
 que le peuple se reprenne en tout
 et s’en prenne plutôt au médisant,
 lui accordant d’être de bonne foi,
 ainsi ferai-je moi bien simplement.
.
 De tous ceux, Amour, qui sont à toi,
 je t’en supplie, ne m’exclus jamais,
 car seule vaut la vie avec elle,
 et sinon recevoir vilaine mort.
 [ … ni ] de l’avoir avec moi,
 ni de se mettre contre serait sage
 si quelqu’un disait de la laisser.
 Faux est l’amour qui l’un l’autre n’égale
 et c’est ainsi que je veux vous servir,
 comme à jamais l’on vit faire Pâris.

(De: Alfredo Stussi, «Versi d’amore in volgare tra la fine del secolo XII e l’inizio del XIII», Cultura neolatina, 69, 1999, pp. 1-69).

[Tullius n’est autre que Cicéron, auteur en particulier du De optimo genere oratorum.]

JcV

–  –  –  –  –  –  –  –  –  –  –  –  –  –  –  –  –  –  –  –  –  –  –  –  –  –

Voir aussi, mise en musique :

http://www.youtube.com/watch?v=P5PLC6Q8DQM

. . . . . .

FRONTiere, MARCHes… (2)

Cantà ’ncopp’o tammurro

   Cette manière de chant sur des strophes proches de la villanella, accompagnées ou plutôt superposées à un roulement continu de tambour – la tammurriata – ou d’un tambourin, suit le plus souvent des échelles musicales originaires d’Afrique du nord, qui rappellent des danses antiques, en particulier celles pour la déesse phénicienne Astarté (des représentations explicites se trouvent en Sardaigne). Aujourd’hui, celle-ci a été remplacée par la madone (en particulier, lors des pèlerinages à Montevergine), et le tambour ou la tammorra accompagnés d’autres instruments (accordéon, flûtes) font danser des groupes d’une vingtaine de personnes des deux sexes (les paranze), sur le rythme encore accéléré par des castagnettes, des cimbales, parfois des bâtons, en rondes assurément assez peu « catholiques ». La frénésie, joyeuse ou sombre, proprement cathartique qui s’empare des danseurs, n’est pas sans rappeler celle de la tarentelle – à l’origine, comme l’on sait, censée guérir les malades ‘tarantati’ à savoir mordus par une tarentule. Les régions concernées sont principalement celles des provinces de Naples (Giugliano, Pomigliano…) et de Salerne (Pagani, Nocera Superiore). Variantes dans les îles (Procida) et – curieux lien avec la rubrique précédente sur l’Istrie –, du moins par la basse continue des percussions à main, dans quelques centres de l’embouchure du Pô, rive gauche, jusqu’à Trieste. Enfin, après le passage des Liberators, signalons en 1945 une émouvante ‘tammurriata nera’

d’inspiration pacifiste.
Cf. après coup, cette interprétation de la N.C.C.P.
       (JcV)
————————————————-

Éruption du Vésuve, mars 1944 (Inst. Luce)

Tammurriata « Bella figliola ca te chiammi Rosa » :

http://www.youtube.com/watch?v=hyHPZ3PUS04&feature=related

Canzune ’e copp’ ’o tammurro

Addo’ so’ ghiute tant’abbracciamiente?

Tante carizze che me stive a fare?

Lu musso me stregnive ’ntra li diente,

e io diceva: – Gué, nu’ muzzecare!

Ca tu mme mierche, e ’n facce a li pariente

che scusa, dimme, ni’, pozzo truvare?

– Truòvace scusa ca stive durmenno,

nu rancetiello t’have muzzecate.

..

– Aggio saputo ca la morte vene,

tutte li belle se vene  a pigliare.

Tu che si’ bella miéttete ’n penziere:

tanta bellezza a chi la vuo’ lassare?

Lassel’ a uno che te vò cchiù bene.

Si è pe me, i’ nun te voglio male.

– Cchiù priest’ ’e lassaraggio a lu terreno,

ca li lassar’ a te, core de cane!

..

– Aggio saputo ca te ne vuo’ ire:

chiòver’ e male tiempo pozza fare!

Da chelli pparte che te ne  vuo’ ire

se pozzeno secca’ puzze e funtane!

Nun puozzo truva’ requie pe la via,

manco nu liettu pe t’arripusare!

Spiert’ e demierto sempe tu puozz’ire,

semp’ a li ggrazie miei tu hi’ a turnare!

..

Amaie na nenna pe tridece mise,

nu’ le putette da’  tridece vase.

La mamma me faceva ’o pizz’ a riso,

la figlia me diceva: – Viene! Trase! –

Mo ca songo fernute li turnise

è ’sciuto lu scaccione da la casa.

..

Amaie nu ninno cu sudore e stiente:

mo lu veco ’n putere ’e n’at’ amante!

Nun è dulore chi perde pariente

quant’è dulore chi perde l’amante!

Si fosse muorto, nun sarrìa nïente:

ca quann’è bivo, te passa pe ’nnante!

    Chansons   au-dessus du tambour 

Où sont allés tous ces embrassements ?

 Et les caresses que tu me faisais ?

 Tu me serrais la lèvre entre tes dents,

 Moi je disais : – Ne me mords pas, ohé !

 Car tu me marques : devant mes parents

 quelle excuse, dis-moi, puis-je trouver   ?

 – Trouve l’excuse que, tout en dormant,

 un petit crabe est venu te pincer.

..

 – J’ai appris que toujours la mort   vient,

 toutes les belles vient emporter.

 Toi qui es belle, pense à demain :

 tant de beauté, à qui la laisser ?

 Laisse-la à qui te veut du bien.

 Quant à moi, je n’te veux pas du mal.

 – Je la laisse plutôt au cercueil

 que de te la laisser, cœur de chien !

..

– Je l’ai su, que tu veux me quitter :

puisse-t-il y avoir pluie d’orage !

Dans ces lieux où tu veux t’en aller

puissent sécher les puits, les drainages   !

Que tu n’aies en chemin pas de paix,

même pas un lit qui te soulage !

Puisses-tu toujours perdu errer,

toujours revenant à mes mirages !

..

J’aimai fillette pendant treize mois,

ne pus mêm’ lui donner treize baisers.

La mère me faisait accueil de roi,

la fille me disait : – Tu peux entrer !   –

Maintenant que je n’ai plus un tournois

c’est direct l’expulsion sans discuter.

..

 J’aimai un gars avec maint sacrifice :

 et je le vois au pouvoir d’autre amante   !

 La douleur n’est pas tant, de perdre un     fils,

si grande que pour qui perd un amant !

S’il était mort, j’aurais moins de   supplice :

qu’étant en vie, je le croise souvent !

 (Textes de la seconde moitié du XVIIIe siècle, Naples et alentours.)

______________________

 

FRONTiere, MARCHes…

Au delà de « la merveilleuse diversité des langues et dialectes italiens » (G. Rohlfs), y compris bien sûr leurs nombreuses variations dans le monde de l’ancienne – et  de la nouvelle – émigration, le long des marches de la péninsule, aussi bien du côté maritime (Malte, Corse) que vers les montagnes du nord (Suisse) et de l’est (ex-Yougoslavie), toute une infinie gradation, du plus proche au radicalement différent, offre de riches motifs de réflexion sur les processus d’unification et de différenciation linguistiques, ainsi que sur la complexité de l’identité personnelle et culturelle. Les influences, phénomènes d’adstrat et contaminations, se produisent bien sûr dans les deux sens. En particulier, puisque nous sommes un département d’Etudes Italiennes et Roumaines, le cas de l’istro-roumain nous a semblé susceptible d’ouvrir un champ d’observation intéressant, y compris dans une perspective diachronique – si l’on pense, entre autres approches de la grande tradition historiciste, au cas de Tommaseo. Cela, pour commencer.

Les très divers parlers « nationaux » péninsulaires, y compris ceux de l’italien parlato-scritto populaire régional, ne seront pas oubliés pour autant. A’ suivre…

(JcV)

 Présentation générale :

http://www.istro-romanian.net/articles/art921105.html

      Carte (Istrie et Krk, « Veglia ») :

http://cubreacov.files.wordpress.com/2010/10/istroromani.jpg

                             Pour d’autres informations :

http://www.orizonturiculturale.ro/ro_intalniri_Emil-Petru-Ratiu-interviu.html

Une illustration :

Gabriel Vretenar (né 1984 à Noselo-Susnievita « Valdarsa »), ãl nascut în anu 1985 la Noselo.

Me Istra  /  « Mon Istrie »    

Tornaves me ãn Istra                                   Je m’en retourne en Istrie
Lu pemintu nascut                                       à ma terre natale
Lu braidile şi nìivele                                     aux campagnes, aux champs,
Lu bosche zelene.                                       aux vertes forêts.

Hmo ãn Istra                                                Maintenant en Istrie
Io me tornaves                                             oui je m’en retourne :
Domata besada                                           un parler domestique
Şi cãnãtu che avdu.                                    et un chant que j’entends.

Tornaves me ãn Istra                                  Je m’en retourne en Istrie
An mai musat crai                                       au pays le plus beau
Iuva potocu suma                                       où le ruisseau murmure
Şi pulìi cântu.                                              et chantent les oiseaux.

Ăn irima ai fost                                            En mon cœur, tu fus
Vaica lìubita,                                               toujours chérie,
Nicad utata                                                 jamais oubliée
Muşoia Istra ma.                                         ma belle Istrie.

De : Scrisore cãtre fraţ Rumer, Asociaţia Culturale lu Istro-Rumeni « Andrei Glavina », Triest, 1997

– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –

Archive :  Deux nos spéciaux de la revue « Les Langues Néo-Latines » (LNL 241 & 253), 1982-1985, Quelques autres Italies. Voir aussi plusieurs nos de l’excellent trimestriel « micRomania » (Belgique). Tous évidemment présents dans notre bibliothèque de département.