Ma Desheng e i colossi di pietra

Per la seconda volta la galleria allestisce una mostra di uno dei padri fondatori dell’arte contemporanea cinese, dal 18 ottobre al 16 novembre 2016.

È finita da poco la mostra personale dell’artista francese di origini cinesi Ma Desheng, ospitata nella Galleria A2Z situata a Saint-Germain-dès-Près, in una viuzza perpendicolare al grande viale (24 rue Echaudé, 75006 Paris). Le tele e le sculture della serie intitolata Corps, sono state svelate per la prima volta al pubblico il 18 ottobre 2016 con un vernissage a cui l’artista stesso era presente.

ma_deshengLa galleria A2Z sostiene l’arte contemporanea ed artisti, in particolare quelli cinesi, che hanno contribuito a rivoluzionare i modelli sociali. Il rapporto tra la Cina e la Francia è fortificato  dalle scelte artistiche dei fondatori della galleria, Ziwei et Anthony Phuong. Di recente hanno aperto un’altra sede a Hong Kong per far conoscere gli artisti francesi.

Per la sede parigina, galleristi e artista, hanno elaborato insieme la mostra a partire dalle misure delle pareti della galleria, dato che le opere sono state pensate specificamente per questo luogo.  Dare “carte bianca” ad artisti già affermati per esprimere al meglio il loro genio creativo, è la politica della galleria per sostenere e fare conoscere al pubblico artisti di fama mondiale, che fanno già parte della storia dell’arte contemporanea. A qualsiasi ora si voglia suonare alla porta della galleria A2Z (aperta al pubblico dal martedì al sabato, dalle ore 11 alle 19 ), si viene accolti da veri professionisti dell’arte, che offrono gratuitamente una visita guidata nei vari piani alimentata da aneddoti e dettagli sulle opere e sugli artisti. Se al pianterreno e al primo piano si possono ammirare solo opere dello stesso artista, il secondo è dedicato a più artisti le cui opere sono in dialogo tra loro; ormai alcune di queste opere costituiscono l’identità stessa della galleria.

 

acrilicoSenza titolo, acrilico su tela, 200x380cm, 2016

La donna è al centro di questa serie di dipinti, tutti senza titolo e contraddistinti dalla sigla MA seguita dalla data di produzione in basso a sinistra delle tele. La mostra e i dipinti così si identificano solo con il nome dell’artista e della galleria che li accoglie. All’inizio del progetto si era pensato di chiamare l’evento Ma Ding, ma l’idea fu scartata perché porta a confusione con il nome dell’artista.

 

acrilico_2004

Senza titolo, acrilico su tela, 114x162cm, 2004

Grazie al suo tratto spesso e deciso Ma Desheng  combina  incisione, pittura e scultura. In primo luogo spalma il colore in modo omogeneo sulla tela costituendo cosi uno strato piuttosto spesso. In seguito, con un altro colore che contrasta con quello precedente, traccia con un segno sulla tela le sagome curvilinee delle figure. Sullo sfondo le linee sono nette e geometriche per far emergere questi colossi di pietra, a cui l’artista infonde la vita tramite il colore.

Egli vuole rappresentare l’essenza stessa della donna mettendola in primo piano e lasciandola anonima. La sua è una riflessione a tutto tondo sulla complessità degli stati d’animo umano, resa esplicita tramite posture e gesti di queste, oscillano tra frustrazione e appagamento, impulso e ritegno, desiderio e incapacità fisica a soddisfarlo.

La mostra di Ma Desheng ha accolto quasi 400 visitatori nell’arco di un mese, e non solo appassionati di arte contemporanea e collezionisti, ma anche gente curiosa ed attratta dalle sagome giganti che si intravedono dall’esterno.

 

Hajar Guelbaoui

Festival Italie Nouvelle 30 nov.-2 déc.

capture-decran-2016-11-28-a-13-29-24C’est avec grand plaisir que nous publions le programme du Festival Italie Nouvelle, intégralement conçu par les étudiants du Master 2 Industries Culturelles France-Italie.

Ce Festival se tiendra dans notre université (site Censier, 13 rue Santeuil, 75001) du mercredi 30 novembre au vendredi 2 décembre.

Venez nombreux aux différents événements prévus : il y aura une performance théâtrale, la projection de court-métrages, des tables-rondes et d’autres choses encore.

Et surtout, n’hésitez pas à transmettre cette information à vos ami(e)s, afin que ce festival soit un succès ! 

Voici le programme, également disponible en format PDF :

fly_verso

Ecrire, ouvrir les frontières

capture-decran-2016-11-19-a-00-49-37La frontière, lieu de rencontre ou de confrontation? Lieu d’ouverture ou de repli ?
Le paradoxe de la frontière réside peut-être en ceci qu’elle est à la fois lieu de rencontre et de confrontation, lieu d’échange et d’exclusion. Les frontières évoluent en permanence, et de manière paradoxale : tandis qu’avec la mondialisation des échanges économiques et internet les frontières semblent devoir s’ouvrir toujours plus, la « crise des migrants » que connaît l’Europe depuis l’été 2015 a remis au goût du jour l’idée d’une affirmation des frontières. Et elles font débat : faut-il les ouvrir grand ou les renforcer ? Ont-elles vocation à être des filtres ? Des remparts contre un danger ? Sont-elles un gage de la sécurité intérieure ou le signe de sa fragilité ? Quand elles ne sont pas un mur hermétique qui étouffe, elles dessinent les contours d’une culture, d’une histoire et, avant tout, d’une langue. Passer une frontière, être étranger, c’est avant tout être confronté à une autre langue. Que nous dit alors la littérature sur ce double mouvement d’exclusion et d’inclusion propre à la frontière ?

 

La maison internationale des littératures (MIL) s’associe à la sixième édition du festival LETTRES D’EUROPE ET D’AILLEURS.

A Paris les 22 et 23 novembre puis à Aix les 25 et 26 novembre (infos : http://www.leroidesaulnes.org), nous entendrons la parole des écrivains JAN BROKKEN (Pays-Bas), ISO CAMARTIN (Suisse), VELIBOR ČOLIĆ (Bosnie/France), ELISABETH HOREM (France/Suisse), FLORINA ILIS (Roumanie), KATJA PETROWSKAJA (Ukraine/Allemagne), ISAAC ROSA (Espagne), ALAIN-CLAUDE SULZER (Suisse), OLGA TOKARCZUK (Pologne), RADU VANCU (Roumanie). Tous, ils interrogent la frontière – qu’elle soit géographique, politique, linguistique, physiologique ou psychologique.

 

Tous les étudiants du dépt. d’études italiennes et roumaines sont invités à suivre cette nouvelle édition du festival et, en particulier, les ateliers de traduction qui se tiendront à Censier le mercredi 23 et e jeudi 24 novembre 2016. Voici le programme complet de ces journées:

Le mardi 22 novembre : table-ronde à 18h30 à la Maison de l’Europe (35, rue des Francs-Bourgeois / 75004 Paris) :

« Les expériences du dépaysement » avec Vélibor Čolić, Elisabeth Horem, Katja Petrowskaja, Olga Tokarczuk.

 

Mercredi 23 Novembre

Matinée : Ateliers de traduction
Lieu : Sorbonne Nouvelle – Campus Censier, 75005 Paris

10h-12h :

Atelier de traduction 1 avec KATJA PETROWSKAJA, ELISABETH HOREM et NICOLE BARY (13, rue de Santeuil, salle 386)

Atelier de traduction 2 avec RADU VANCU et/ou FLORINA ILIS
(1/5 rue Censier, 5e étage, département Études italiennes et roumaines)

jeudi 24 novembre : Atelier de traduction 3  avec FLORINA ILIS et/ou RADU VANCU (13, rue de Santeuil, salle 241)

Après-midi : Conférences-lectures-débat
Lieu : Maison de la Recherche de la Sorbonne Nouvelle

4 rue des Irlandais, 75005 Paris, salle Claude Simon. 14h00-15h30 : Conférences : Littératures hétérolingues

MYRIAM SUCHET, maître de conférences à la Sorbonne Nouvelle : « Pour un imaginaire hétérolingue et… indisciplinaire ».

IULIA-KARIN PATRUT, professeure à l’Université de Flensburg : « Literatur und Interkulturalität heute ».

15h30-16h : Café

16h00-18h00 : Lecture-débat
Avec les écrivains VELIBOR ČOLIĆ (Bosnie/France), FLORINA ILLIS (Roumanie), KATJA PETROWSKAJA (Ukraine/Allemagne), RADU VANCU (Roumanie). Modération : TIPHAINE SAMOYAULT, écrivain et critique, professeure à la Sorbonne Nouvelle.

 

La journée se terminera avec un pot de l’amitié.

 

*****

LES PARTICIPANTS

capture-decran-2016-11-19-a-00-54-51Vélibor Čolić (Bosnie/France). Né en 1964 en Bosnie qu’il quitte en 1992, il revient, dans son travail d’écrivain, sur l’histoire de son pays, mettant les guerres et la redéfinition des frontières au cœur de ses récits. Dans Manuel d’exil. Comment réussir son exil en trente- cinq leçons (Gallimard, 2016), il évoque, entre humour et tristesse, son insertion en France.

Elisabeth HOREM (France/Suisse). Née à Bourges en 1955, elle a vécu dans différents pays dont l’Irak. Dernières publications, Mauvaises rencontres. Nouvelles (2006), Shrapnels. En marge de Bagdad (2005) et Un Jardin à Bagdad (2007), La Mer des Ténèbres. Roman (2015) chez Bernard Campiche.

Florina ILIS (Roumanie). Née en 1968, elle appartient à la nouvelle vague d’auteurs roumains. Dans son dernier roman, Les Vies parallèles (Éditions des Syrtes, 2015), elle reconstitue la dernière partie de la vie du grand poète roumain Mihail Eminescu et brouille les frontières entre le passé et le présent.

Iulia-Karin PATRUT (Roumanie/Allemagne). Née en 1975 à Bucarest d’une mère germanophone de Transsylvanie et d’un père roumain, elle soutient sa thèse sur Paul Celan et Herta Müller à Trêves (Schwarze Schwester – Teufelsjunge, 2006). Elle travaille sur les transferts culturels et l’interculturalité.

Katja PETROWSKAJA (Ukraine/Allemagne). Née à Kiev en 1970, elle étudie les langues slaves en Estonie, aux USA et en Russie avant de s’installer à Berlin en 1999 où elle travaille comme journaliste. C’est en allemand qu’elle écrit son premier roman Peut-être Esther (Seuil, 2015), son roman des origines à travers l’Europe du XXe siècle.

Myriam SUCHET (Québec/France) Maître de conférence à la Sorbonne Nouvelle, son activité principale est de chercher des imaginaires alternatifs aux référentiels de la pensée dominante, notamment dans Indiscipline ! (2016), L’Imaginaire hétérolingue (2014) et Outils pour une traduction postcoloniale (2009).

Radu VANCU (Roumanie) est né à Sibiu en 1978. Considéré par la critique comme l’un des plus originaux de sa génération, il a publié sept recueils de poésie plusieurs fois primés. Il est aussi critique littéraire, enseignant à l’Université de Sibiu et traducteur de l’anglais, et édite les revues littéraires Poesis International et Transilvania.

Tiphaine SAMOYAULT (France) a publié de nombreux livres, récits et essais. Les derniers parus sont Bête de cirque (Seuil, 2013) et Roland Barthes (Seuil, 2015). Elle enseigne en particulier la théorie de la traduction et la littérature comparée, et co-dirige le journal littéraire en ligne En attendant Nadeau.

Bucarest, le Petit Paris ?

image001Le jeudi 17 novembre, à partir de 18h30, vernissage de l’exposition de photographie «Bucarest, le Petit Paris ?», à la Bibliothèque des Etudes Italiennes et Roumaines, en présence de son auteur,  Mme Loredana Bruma, jeune architecte bucarestoise.

L’exposition «  Bucarest, le Petit Paris ? », fait partie des événements ouverts devenus déjà traditionnels que les étudiants en Diplôme de Langue et Civilisation Roumaines veulent partager avec leurs camarades et leurs professeurs de la Sorbonne Nouvelle, afin de faire mieux connaitre leurs préoccupations pour une culture riche qui peut être à la fois très différente et très ressemblante à la culture occidentale et, en particulier, française, comme cette exposition peut le prouver.

Des livres et des lettres, une visite à la Bibliothèque Mazarine

affiche-ecriture-epistolaireoctobre-2016 A l’occasion de l’exposition Des livres et des lettres. Ouvrages épistolaires entre Italie et France de la Renaissance à l’âge baroque, le Département d’italien de la Sorbonne Nouvelle – Paris 3 propose une visite à la Bibliothèque Mazarine le jeudi 17 novembre 2016.

Cette visite s’adresse surtout aux étudiant(e)s de Licence d’italien, mais aussi les étudiant(e)s d’autres filières et de Master sont les bienvenues. Cela permettra de connaitre une des plus belles bibliothèques historiques de Paris, qui contient, entre autres, un remarquable fonds libraire italien.

Le rendez-vous est donc le jeudi 17 novembre 2016, à 14h30, à l’entrée de la Bibliothèque Mazarine (23, Quai de Conti – 75006 Paris ; Métro : Pont Neuf, ligne 7 ; Odéon ou Mabillon, ligne 10). La visite durera grosso modo 2h, et elle sera introduite par un Conservateur de la Bibliothèque Mazarine. En tant que guide à la visite, sera présent M. Carlo Girotto, Maître de langue au même département et Commissaire de l’exposition Des livres et des lettres.

Visite de la Grande Galérie des Italiens, au Louvre

louvre-1_350089

A l’occasion de la gratuité dans les musées nationaux le premier dimanche de chaque mois, le Département d’italien de la Sorbonne Nouvelle – Paris 3 propose une visite au Musée du Louvre le dimanche 6 novembre 2016.

Cette visite s’adresse surtout aux étudiant(e)s de licence d’italien, mais les étudiant(e)s d’autres filières et de master ou plus sont les bienvenu(e)s. Pendant la visite, il sera possible d’admirer les tableaux de la Galerie des Italiens (de Giotto à Tiepolo, en passant par Léonard de Vinci et Caravage), les statues italiennes de la Renaissance et de l’âge baroque (Michel-Ange, Cellini, Bernini…), et les tableaux de Rubens conservés dans la « Galerie Médicis », qui racontent l’histoire de Marie de Médicis, mère de Louis XIII.

Le rendez-vous est donc le dimanche 6 novembre 2016, à 14h30, dans le hall d’entrée du musée sous la Grande Pyramide, au carrefour entre les trois pavillons du Louvre. Veuillez tenir compte de la grande affluence du dimanche (gratuit) et prévoir un demi-heure d’attente à l’entrée. La visite durera grosso modo 2h. En tant que guide à la visite, sera présent M. Carlo GIROTTO, Maître de langue au même département.

15/10 bibliothèque Robert-Desnos, Montreuil : inauguration fonds en langue roumaine

Chères et Chers ami(e) et collègues,
C’est un beau projet qui se réalise aujourd’hui avec succès, 
grâce à l’enthousiaste équipe de la Bibliothèque Robert-Desnos de Montreuil. 
Le département EIR de la Sorbonne Nouvelle est présent par ses étudiants en roumain dans cette bibliothèque, par l’intermédiaire de la Bibliothèque d’Etudes Italiennes et Roumaines depuis le mois de janvier 2016.
Nous avons donc la joie de vous inviter à célébrer ensemble le livre roumain
par une conférence sur la littérature roumaine intitulée : 
Portraits d’auteurs, portrait d’une littérature,
animée des lectures de fragments littéraires en roumain et en français
faites par les étudiants en DLCR (certains dans leur traduction), 
et suivie de danses, de musique et de plats traditionnels roumains.
A la joie de vous y retrouver,
Laura Zăvăleanu
***
INVITATION À L’INAUGURATION
DU FONDS EN LANGUE ROUMAINE

à la découverte de la culture roumaine

LE 15/10 à la bibliothèque Robert-Desnos

de Montreuil à partir de 16h

capture-decran-2016-10-13-a-22-09-59

Les bibliothèques de Montreuil ont à cœur de proposer dans leurs collections des livres en langues étrangères et en bilingues pour tous les âges, favorisant la diffusion et la transmission des cultures présentes sur le territoire. À l’occasion de la création d’un fonds en langue roumaine, la Roumanie est mise à l’honneur toute l’après-midi et en début de soirée !

Au programme :

  • à 16 h : une conférence sur la culture et la littérature roumaine par Laura Zavaleanu, professeur de langue et de civilisation roumaine à l’Université Sorbonne Nouvelle Paris III

  • à 18 h : musiques et danses de Roumanie, ainsi que dégustation de mets typiques avec l’association Saint Stephan le Grand.

Pour diffuser l’information, vous trouverez le flyer de l’évènement ici.

 

Bibliothèque Robert-Desnos
14 bd Rouget-de-Lisle – 93100 Montreuil
01 48 70 69 04
Ligne 9 – Mairie de Montreuil