Restez connectés avec l’Italie en MARS

 capture-decran-2017-02-19-a-18-57-09

Initiatives ouvertes aux membres de Nos Italies-Paris 3*

Mois de MARS 2017

05 mars, 15-17h : visite guidée (gratuit) au Musée du Louvre par Carlo                                               GIROTTO, dans le cadre du cours « Voyage en Italie ». Rdv: sous la pyramide, au point infos à 14h45.

08 mars, 10h30-13h : visite guidée (gratuit – 26 ans) au Musée Bourdelle par Maxime PAZ, médiateur, conférencier. Réservation nécessaire : anna.sconza@sorbonne-nouvelle.fr

08 mars, 17h30-18h30 (salle 145A) : rencontre avec Cristina PIOVANI, curatrice du festival Italissimo (dans le cadre du cours « Ingénierie de projet » du Master pro)

             18h30-19h30 (même salle) : rencontre sur le monde de l’édition avec Alice VOLPI, conseilleure éditoriale, traductrice (dans le cadre du cours « Ingénierie de projet » du Master pro)

09 mars, 9h30 – 11h30 (salle 304) : rencontre avec Romano FERRARI, Président du FAI France (dans le cadre du cours « Muséologie » du Master pro)

10 mars, 15h -17h (salle à préciser) :  atelier de traduction avec l’auteur Giorgio VASTA. Pour infos, contacter : marine.morici-aubry@univ-paris3.fr

               18h : rencontre à la bibliothèque Sainte-Barbe avec Giorgio VASTA, en présence de son traducteur Vincent RAYNAUD et du critique Daniele GIGLIOLI, animée par Marine AUBRY-MORICI, dans le cadre des rencontres Écrire l’Italie aujourd’hui. Trois voix de la littérature italienne contemporaine. Entrée libre sur réservation : bsb-invit@listes.univ-paris3.fr

15 mars, 17h30- 18h45 (salle D32) : Projection du film Miel et magnésie de Ellénore LOEHR, étudiante du dépt. d’études italiennes et roumaine (L3), en présence de la réalisatrice. Entrée libre.

16 mars, 10-12h (salle Las Vergnas / 304, à confirmer) : rencontre avec Camille PALOPOLI, responsable du programme «  Louvre hors les murs » (dans le cadre du cours « Muséologie » du Master pro)

23 mars, 9h30-11h30 (salle Las Vergnas / 304, à confirmer) : rencontre avec Monica PRETI, responsable de la programmation à l’Auditorium du Louvre (dans le cadre du cours « Muséologie » du Master pro)

* pour devenir adhérents de l’Association il suffit de remplir le bulletin d’adhésion, disponible à la bibliothèque d’italien (Centre Bièvre, 5e étage, 1-5 rue Censier, 75005 Paris). La cotisation annuelle est de 2 euros.

VISIONS ET PASSIONS – 7 courts-métrages de Cécilia Mangini

th

projection: Mercredi 23 mars à 20 h

Terra di Cinema s’associe avec les étudiants du Master «Industries Culturelles France-Italie» de la Sorbonne Nouvelle pour vous proposer une séance consacrée à Cecilia Mangini, l’une des premières femmes réalisatrices à avoir tourné des documentaires en Italie.

« Cecilia Mangini est l’incarnation d’un double défi : défi pour les femmes d’affirmer leur place dans la société (et derrière une caméra) ; défi pour le documentaire de continuer à exister, et notamment en Italie, malgré son statut de « persona non grata », si l’on peut dire, « non désiré », car dérangeant. » (Anne-Violaine Houcke, Cecilia Mangini, agitateur culturel, Critikat)

En présence de Cécilia Mangini et Paolo Pisanelli.

Séance organisée par les étudiants du Master «Echanges Culturels France-Italie », Paris III – Sorbonne Nouvelle, dans le cadre du séminaire de programmation dirigé par Irene Mordiglia.

***

7 courts-métrages de Cécilia Mangini

Italie | Documentaire | 00h45 | VOST FR

« Lieux de résistance poétique, mais également lieux de résistance de l’âme, du plexus solaire, de l’intelligence, de l’obstination » : les mots choisis par Cecilia Mangini pour définir le cinéma documentaire décrivent tout un programme d’art et de vie. Née à Nola di Bari en 1927, Mangini est la première femme cinéaste à tourner des films dans l’Italie de l’après- guerre. Parmi les gamins de la banlieue de Rome, dans les Pouilles du mysticisme préchrétien, à côté des chômeurs de Brindisi, sa caméra quête et enregistre ceux que la rhétorique du boom économique essaie d’occulter, voire d’effacer : des visages (crispés par la détresse ou la fatigue du travail), des corps (dans la tension d’une jeunesse insoumise et fragile), des foyers (modestes, chaotiques, surpeuplés). Des sales histoires de misère, superstition, exclusion dans lesquelles l’œil de la cinéaste sait saisir une beauté ancienne, primitive. Un cinéma militant, celui de Mangini, qui se nourrit des œuvres de Pier Paolo Pasolini et Ernesto de Martino pour traverser cinquante ans d’histoire italienne avec la grâce de l’inquiétude et la fureur d’un combat.

Tarifs

  • Tarif unique 6.5 €
  • Carte UGC et Gaumont Non acceptées
  • Cinéma La Cléf 34 Rue Daubenton – 75005 Paris
    Metro 7 Censier-Daubenton
    Bus 47 Censier-Daubenton

logo-la-clef

90 ans de l’Istituto LUCE

L’Italie fête comme il se doit les 90 ans de l’Istituto Luce, mine de documents pour quiconque s’intéresse à la culture italienne – dans la Péninsule et au delà – et miroir saisissant de ce qu’a pu être une propagande « intelligente », avant la naissance de la publicité et du soft-power post-industriels. La culture : nous parlons toujours de l’anthropologie d’une aire culturelle italo-romane, non pas du savoir scolaire de la seule nation italienne. Les très nombreux documents disponibles sont une source précieuse, cela va sans dire, pour maint cours ou recherche de type « civilisationniste », et littéraire bien sûr (ne serait-ce que par nécessité de contextualisation), voire linguistique (le dernier épisode ci-dessous est un festival de pronoms, bien articulés par la puissante mascella d’un chef forcément « fatal »). La période la mieux illustrée est en effet, pour des raisons évidentes, celle du Ventennio fasciste, mais l’immédiat second après-guerre (à savoir l’Italie précédant immédiatement le basculement dans la modernité des années 60) – un peu comme dans l’extraordinaire Paisà de Rossellini, sur les premiers jours de la Libération (1946), ou Il cammino della speranza de Germi (1950) sur les dernières années du « paysage » italien, avec ses habitants séculaires bien sûr, un monde à présent disparu, traversé de la Sicile à la frontière française -, cette période étrange entre le chaos misérable d’un pays à terre et l’imminent consumérisme du « miracle », est également bien représentée. Si bien que Luce in mostra, pour qui se trouvera à passer par Rome cet été, mérite certainement de renoncer pour quelques heures au soleil italien.

Les épisodes principaux, facilement accessibles, sont les suivants :

– Sur les mentalités et l’imaginaire « italiens » :   1. http://video.repubblica.it/luce/eventi/luce-in-mostra-a-roma-l-immaginario-italiano/170207/168696

– Plongée dans les réalités diverses du pays Italie(s) :   2. http://video.repubblica.it/luce/eventi/luce-in-mostra-il-paese-reale/170207/169687

– Les premières lueurs du passage d’un monde « arriéré » à la modernité :   3. http://video.repubblica.it/luce/eventi/luce-in-mostra-modernita-e-arretratezza/170207/169689

– Le bombardement du nid d’aigle Monte Cassino (cf. ici très directement Paisà) :   4. http://video.repubblica.it/luce/eventi/luce-in-mostra-il-bombardamento-di-cassino/170207/169686

– L’inévitable « homme au balcon » :   5. http://video.repubblica.it/luce/eventi/luce-in-mostra-duce-noi-siamo-cosi/170207/169685

 

Cultira/A Roma mostra su Istituto Luce: film e foto su 90 anni d’Italia

. . .

Cinecittà, cocomeri (rossi)

 

 

 

. . .

(Mostra multimediale – « I  90 anni dell’Istituto Luce », Roma, Vittoriano, luglio-sett. 2014)

Qu’on se le dise !…

..

 

Le Montage filmique : histoire et langage — mercredi 9 avril 18h30

 Dans le cadre des enseignements sur le Cinéma italien : R2P80 Initiation à la lecture de l’image en mouvement — R4P30 Histoire du Cinéma italien — R5P42 Cinéma italien

une conférence sur le Montage filmique : histoire et langage se tiendra en salle D 12(Modulaire, premier étage)

mercredi 9 avril 2014, de 16h30 à 18h30

DavideMoviola_1Diplômé du Centro sperimentale di Cinematografia de Rome

Davide Vizzini est un professionnel du montage.

Il a travaillé pour la série télévisée de fiction-documentaire Amore criminale, pour la RAI, a collaboré à la réalisation du film L’uomo giusto de Toni Trupia (2006, une production de Michele Placido) et du documentaire Giallo a Milano de Sergio Basso, film qui a reçu plusieurs prix dans des Festivals de films d’animation en 2010 (Annecy, China International Youth Film Festival, Cartoons on the bay).

A l’occasion de cette conférence, il nous présentera le travail de montage de son dernier film Amori elementari de S. Basso (2014), une coproduction italo-russe.

La conférence s’inscrit dans le programme des cours de Mmes Anne Boulé et Anna Sconza. Tous les étudiants de Licence et de Master, ainsi que les collègues qui souhaitent y assister, sont les bienvenus

La conférence est suivie à 18h30 par la projection du film

La grande bellezza de Paolo Sorrentino (2013) Oscar du meilleur film étranger 2014,à la Cinémathèque de Paris 3 (Censier, salle 49, r-d-c)

 04

 

20 mars à l’IIC : courts-métrages sous-titrés par les étudiants de L3

archivesa-ridLes étudiants du cours Traduction pour l’édition et la scène de Paris 3, sous la direction de Alessandra Mosca, vous invitent à découvrir

les courts-métrages de la Cinémathèque de Bologne qu’ils ont sous-titrés

le 20 mars à l’Institut Italien, à 19h dans le cadre du festival Terre di cinema 

201402281130terradicinema

L’art de la fugue est un parcours diachronique à travers sept courts-métrages : La festa dei Gigli a Nola, 1909; Porto Ulisse, Mare in brughiera, 1962, Notturno per un campione, 1965; Al di là dei sensi, 1969; Le avventure di un uovo, 1970; Ballare è bello.

Restaurés par la Cinémathèque de Bologne, ils tournent autour du dilemme classique : partir est-il plus difficile que de rester ?

Veuillez réserver vos places sur le site de l’IIC, en cliquant ici.

Doc/It › le documentaire italien au cinéma La Clef

13 janvier – 22 février 2014

5 projections de documentaires suivis de rencontres pendant 5 semaines en Italie et en Europe : Paris, Barcelone, Berlin et Londres, Rome, Bologne, Florence, Milan, Naples, Nola, Nuoro, Palerme et Turin. 

projections › Cinéma La Clef — 34 Rue Daubenton, 75005 Paris

tél.  09 53 48 30 54 — entrée › 6,50 € — pass 3 séances : 15€ 

Doc/It est l’association des documentaristes italiens née en 1999 comme réponse concrète et stratégique à la nécessité de rassembler et de coordonner en un lieu unique associatif tous les acteurs du secteur du documentaire italien afin d’en optimiser la promotion et la visibilité. Doc/It rassemble aujourd’hui plus 80 producteurs et
120 auteurs de documentaires, il a la vocation de promouvoir le cinéma du réel, en soutenant son développement ainsi que sa diffusion dans les festivals, sur les marchés audiovisuels et expositions.
C’est également un espace de rencontre et de réflexion ouvert aux cinéastes et aux personnes impliquées dans la création documentaire, qui organise des laboratoires, des séminaires, des cours afin de diffuser la culture du documentaire.

Le Mois du documentaire et le Doc/It Professional Award

Doc/It a mis en place, depuis l’année dernière « Le Mois du Documentaire » à la Casa Del Cinema de Rome : un mois de projections gratuites des documentaires italiens et étrangers qui se sont démarqués dans de nombreux festivals.
Cette année pour la première fois Doc/It s’associe aux Instituts culturels italiens en Europe (Paris, Londres, Berlin et Barcelone) pour amener la section italienne du Doc/It Professional Award à l’étranger, afin de faire connaître à un public plus large les pépites du documentaire italien. Un âge d’or pour ce genre en Italie, comme le prouve le Lion d’Or attribué pour la première fois à un documentaire cette année à la Mostra de Venise, remporté par le Sacro Gra de Gianfranco Rosi ; ou encore la sortie en salle en France ces dernières années de La bocca del lupo de Pietro Marcello, primé au Cinéma du Réel, ou «Tahir, place de la Révolution » de Stefano Savona qui ont connu une vraie reconnaissance de la part de la critique et du public.

Les cinq documentaires qui seront projetés ont remporté le Doc/It Professional Award italien, ont été votés par un Jury de 100 professionnels du secteur du cinéma et audiovisuel italien.

Doc/It Professional Award à Paris

C’est tout naturellement que l’Institut culturel italien s’associe avec Doc/It et a souhaité que cette première édition se déroule au Cinéma La Clef, avec lequel il avait déjà collaboré pour « Un mois, une ville » le beau cycle de films et documentaires autour de Naples début 2012.

A partir du 15 janvier, chaque mercredi à 20 heures il y aura la projection de l’un des cinq documentaires du Doc/It Professional Award, suivi d’une rencontre avec le réalisateur.
De plus le public français (de même que celui anglais, espagnol et allemand) pourra voter à l’issue des projections pour décerner le European Doc/It Professional Award. La récompense étant la projection du film lauréat au Cinéma La Clef pendant une semaine. 

Calendrier des projections

mercredi 22 janvier à 20h

Il libraio di Belfast/Le libraire de Belfast D’Alessandra Celesia
Italie/France 2012, 54’vostf

 

mercredi 29 janvier à 20h

Il gemello de Vincenzo Marra
Italia, 2012, 88’, HD

 

mercredi 5 février à 20h

Materia oscura de Massimo D’Anolfi, Martina Parenti

Italie 2012, 80’ vostf

 

mercredi 12 février 2013 à 20h
Noi non siamo come James Bond/Nous ne sommes pas comme James Bond Mario Balsamo
Italie 2012, 73’, vostf

 

De Rome à Paris, cinéma italien 11-13 décembre

evenement.600.4516Du 11 au 13 décembre au cinéma Balzac – De Rome à Paris

Trois jours pour fêter le cinéma italien !

Entrée libre (dans la limite des places disponibles)

1, rue Balzac – 75008 Paris; Métros : Etoile ou George V

L’UNEFA (Association Nationale des Exportateurs de Films et de l’Audiovisuel),en collaboration avec l’ANICA (Association Nationale de l’Industrie Cinématographique et de l’Audiovisuel) présente 8 films italiens, avec le soutien de la Direction Générale du Cinéma Ministère de la Culture en Italie et de l’Institut culturel Italien de Paris.

Les réalisateurs des films sélectionnés présenteront leur film pendant la conférence d’ouverture, mercredi 11 décembre à 11h.

JOURNÉE D’OUVERTURE : MERCREDI 11 DÉCEMBRE À 11h

11h : Conférence de presse La vigueur retrouvée du cinéma italien, Quelle diffusion pour les films italiens en France?

Avec la participation de : Nicola Borrelli, Directeur général du Cinéma-Ministère de la Culture, Italie ; Paola Corvino, UNEFA ; Marina Valensise, Directrice de l’Institut Cuturel Italien de Paris ; Jean. A Gili, historien du cinéma et directeur du Festival du cinéma italien d’Annecy ; un représentant du Centre National de la Cinématographie et de l’Image Animée (sous réserves)

Les réalisateurs des films sélectionnés présenteront leurs films pendant la conférence de presse : Cristian Scardigno réalisateur d’AMOREODIO ; Stefano Lodovichi, réalisateur d’AQUADRO et Tommaso Arrighi, producteur (Mood film) ; Bruno Oliviero, réalisateur de LA VARIABILE UMANA ; Elisa Fuksas réalisatrice de NINA ; Rolando Ravello réalisateur de TUTTI CONTRO TUTTI ; Matteo Pellegrini réalisateur d’ITALIEN MOVIES ; Francesco Amato réalisateur de COSIMO E NICOLE ; Francesco Bonsembiante producteur (Jolefilm) de LA PRIMA NEVE.

13h : Cocktail avec dégustation de produits italiens. 15h : Projection de Amoreodio

LES FILMS PRÉSENTÉS PENDANT LES 3 JOURS

evenement.600.4545AMOREODIO (AMOURETHAINE) / DE CRISTIAN SCARDIGNO, 105 mn. Avec : Francesca Ferrazzo, Michele Degirolamo, Chiara Petruzzelli, Raffaele Buranelli. Genre : Drame. Société de production: Underdog Film

Mercredi 11 à 15h et vendredi 13 à 18h

SYNOPSIS

Katia est une jeune fille de 17 ans apathique et frustrée. Elle passe ses journées en compagnie d’Andrea, son petit ami. Quand elle n’est pas avec lui, elle rencontre secrètement d’autres garçons, regarde des vidéos sur Internet et se dispute avec ses parents. Vivre dans la monotonie d’une petite ville suburbaine amène ainsi progressivement Katia et Andrea à se perdre dans un tourbillon d’immoralité et de transgression. Jusqu’à un épilogue tragique…

CRISTIAN SCARDIGNO

Réalisateur et scénariste. Licencié au DAMS de l’université de Rome et diplômé à l’Accademia di cinema Griffith, il est auteur de courts-métrages sélectionnés et lauréats de plusieurs festivals internationaux. Depuis 2009, il est directeur du Priverno Film Festival. Il écrit pour des magazines de cinéma. Il est associé d’Underdog Film. Amoreodio est son premier film.

evenement.600.4546AQUADRO / DE STEFANO LODOVICHI, 93 mn

Avec : Maria Vittoria Barrella, Lorenzo Colombi, Ilaria Giachi, Gaia Igini. Genre : Comédie dramatique. Société de production : Mood film avec Rai cinema.

 Jeudi 12 à 16h30 et vendredi 13 à 16h

SYNOPSIS

Deux adolescents originaires de Bolzano, Alberto et Amanda, se rencontrent lors d’un voyage scolaire et tombent amoureux. Derrière une apparente normalité, Alberto cache une passion pour le monde du porno amateur sur le web. Quand Amanda découvre que cette dépendance rend compliquée leur relation, elle commence à se prêter à des jeux de plus en plus audacieux, jusqu’à se laisser filmer alors qu’ils font l’amour pour la première fois. Mais cette vidéo qui devait être leur secret se retrouve sur internet…

STEFANO LODOVICHI

Né à Grosseto en 1983. Il est diplômé en méthodologies du langage cinématographique à l’Université de Sienne. Il travaille depuis douze ans, d’abord comme assistant, puis comme réalisateur pour le cinéma, la télévision, la publicité et les clips vidéo. On compte parmi ses réalisations le court-métrage Dueditre, le court documentaire Children of God, la co-réalisation de Il Pranzo di Natale, le docu-fiction Pascoli a Barga ainsi que le long-métrage Aquadro.

evenement.600.4547

COSIMO E NICOLE / DE FRANCESCO AMATO, 101 mn

Avec : Riccardo Scamarcio, Clara Ponsot, Paolo Sassanelli, Souleymane Sow. Genre : Drame. Société de production : Cattleya et Fastfilm avec Rai Cinema

Mercredi 11 à 21h

SYNOPSIS

Il est italien, elle est française, ils se sont rencontrés au G8 de Gênes et ne se sont plus quittés. Ils sont revenus à Gênes où leur ami Paolo les associe à son projet de création d’un espace pour des concerts en plein air. Pendant le montage des gradins, Alioune, un jeune clandestin tombe et meurt. Paolo veut éviter les ennuis, Cosimo et Nicole l’aident à faire disparaître le corps. Mais Nicole est hantée par le souvenir de ce corps gisant au sol. Une histoire contemporaine, typique de la génération de la précarité, un road-movie musical où l’amour passion est vécu comme une riposte et une fuite. Riccardo Scamarcio et Clara Ponsot forment un couple étonnant et détonnant.

FRANCESCO AMATO

Né à Turin en 1978. De 2001 à 2003, il réalise des documentaires et des courts métrages, dont Fils Pen (Figlio di Penna), lauréat du Festival du Film de Turin, choisi en compétition à Cannes. Il a étudié à Rome, au Centro Sperimentale di Cinematografia où il tourne Qu’est-ce que je fais içi ? (Ma che ci faccio qui!) projet de fin d’études. Ce premier film, co-produit par Rai Cinema, sort en salle en septembre 2006. Il a remporté des prix à Annecy, Nice et San Francisco et a été montré dans une vingtaine de pays. Il était candidat pour le David di Donatello et le Golden Globe comme meilleur premier long métrage. Depuis 2007, il a écrit deux scénarios pour ITC Movie et Cattleya. Il a gagné une bourse pour la New York Film Academy. Il travaille comme professeur à la Scuola Holden de Turin, au Centro Sperimentale de Rome et à Palerme. Il a dirigé, pendant dix semaines, la seconde unité de la série télévisée I liceali 2, réalisé par Lucio Pellegrini. Enfin, il est co-fondateur, avec d’autres jeunes réalisateurs, du projet Kino cinéma indépendant à Rome en 2010.

evenement.600.4548ITALIAN MOVIES / DE MATTEO PELLEGRINI, 99 mn. Avec : Aleksei Guskov, Eriq Ebouaney, Anita Kravos, Michele Venitucci. Genre : Comédie. Société de production : Indiana Production, Eagle Pictures, Lumiq Studios, avec SkyCinema, Merenda Film et Edi.

Mercredi 11 à 19h

SYNOPSIS

Alors qu’un groupe d’immigrés nettoient de nuit les studios de la télévision où on tourne une célèbre série, ils trouvent le casier des caméras ouvert. L’un d’eux a une idée : un de ses amis se marie et filmer la cérémonie de mariage serait un cadeau magnifique. Bientôt, ce premier essai devient un vrai business parallèle qui les concerne tous, un par un, les encourageant à oser en faire encore plus…

MATTEO PELLEGRINI

Né à Milan en 1967. Etudes au DAMS de Bologne. Diplômé en 1991 comme assistant opérateur au CFP de Technique Cinématographique de Milan. De 1994 à 1997, il a réalisé plusieurs courts métrages dont Tourbillon, présenté en compétition à Montpellier. Depuis 1997, il a réalisé des clips musicaux pour différents artistes. Depuis 2003, il collabore avec Giovanna Mari et Paolo Rossi, pour l’écriture de longs métrages.

evenement.600.4549LA PRIMA NEVE / D’ANDREA SEGRE, 105 mn. Avec : Jean-Christophe Folly, Matteo Marchel, Anita Caprioli, Peter Mitterrutzner. Genre : Drame. Société de production : Jolefilm avec Rai Cinema

Mercredi 11 à 17h et vendredi 13 à 20h

SYNOPSIS

Italie, automne 2012. L’hiver approche au fond d’une vallée chatoyante des montagnes du Trentino. Dani, jeune veuf malien, est hébergé provisoirement dans le Centre d’accueil avec sa petite fille, âgée d’un an à peine. Pour occuper ses journées, il aide le vieil apiculteur d’un hameau voisin à préparer ses ruches en prévision du froid. Elisa travaille au Centre. Elle a repéré les difficultés de Dani pour s’occuper de sa fille. Veuve elle aussi, elle sait combien il est pénible d’élever un enfant seul. Son fils Michele, enfant sauvage et frondeur, lui mène la vie dure depuis un certain temps. A Michele, il manque un père ; à Dani, le courage de le devenir.

ANDREA SEGRE

Né à Dolo (Venise). En 1976 il débute à la télévision et réalise des documentaires: Berlino 1989-1999 : il muro nella testa et Pescatori a Chioggia (Pêcheurs à Chioggia). A partir de 2001, il se rapproche du mouvement des documentaristes italiens, à travers le groupe Doc.it et Apollo11, en passant par de nombreuses expériences nationales et européennes. Il développe comme réalisateur les thèmes de l’espace social et géographique de la région du Veneto, en particulier dans les documentaires Pescatori a Chioggia, Marghera Canale Nord et La mal’ombra (Mal d’ombre). En tant que docteur en sociologie de la communication à l’Université de Bologna, il traite des questions de migration vers l’Europe (Come un uomo sulla terra – Comme un homme sur la terre, A sud di Lampedusa – Au sud de Lampedusa, Il sangue verde – Le sang vert, Mare chiuso – Mer fermée) et travaille sur des projets de coopération internationale. En 2010, il réalise son premier long métrage de fiction, Io sono Li, qui est présenté dans des nombreux festivals internationaux en gagnant des nombreux prix, dont le Prix LUX 2012 du Parlement européen , et distribué dans plus de 30 pays. La Prima neve est son deuxième long métrage. Il est le fondateur de l’association ZaLab.

evenement.600.4550NINA / D’ELISA FUKSAS, 80 mn. Avec : Diane Fleri, Luca Marinelli, Ernesto Mahieux, Luigi Catani. Genre : Romance. Société de production : Magda Film, Paco Cinematografica avec Rai Cinema.

Jeudi 12 à 18h30

SYNOPSIS

Une jeune femme au seuil de ses trente ans, Nina, est passionnée de la Chine, et vient de se découvrir un don pour le chant. C’est l’été et Nina reste dans une Rome complètement déserte pour garder le chien, le hamster et les poissons d’un ami. Elle rencontre par hasard Ettore, un enfant un peu mystérieux qui a les clés de tous les appartements du palais, mais dont on ne sait pas vraiment d’où il vient. Ettore, sage et intuitif, aidera Nina à prendre la décision de sa vie : partir pour la Chine, son grand rêve.

ELISA FUKSAS est née à Rome en 1981. En 2005, elle obtient son diplôme en architecture. Son premier court métrage, Marni (2006) a été projeté la même année au Festival international du film de Taormina. Depuis 2007, elle a écrit et réalisé des vidéoclips, des documentaires et des courts métrages Parmi eux, Please leave a message qui a gagné en 2007 le prix italien de ruban d’argent (Nastro d’argento). En 2008, elle a dirigé Armani Ginza tower pour l’éditeur espagnol Actar et au cours de la même année, elle a réalisé un documentaire Tourism: spaces of fiction pour l’exposition d’ouverture de la DHUB, le nouveau musée de Barcelone. En 2009, soutenu par le Van Alen Institute de New York City, elle a dirigé le documentaire FFR : for future reference, qui explore les limites de la liberté en Chine et aux États-Unis d’Amérique. Au cours de la même année, elle a réalisé un documentaire L’Italia del nostro scontento (Rai Cinema et Faro Film), qui a été projeté au Festival International du Film de Rome. Au printemps 2010, elle écrit et réalise Outskirt, une vidéo commerciale pour la Fondation Altaroma, à l’occasion de AltaRomaAltaModa. Nina (2012) est son premier long métrage.

evenement.600.4551TUTTI CONTRO TUTTI (TOUS CONTRE TOUS) / DE ROLANDO RAVELLO, 96 mn. Avec : Rolando Ravello, Kasia Smutniak, Marco Giallini, Stefano Altieri. Genre : Comédie. Société de production : Fandango avec la collaboration de Warner Bros. Entertainment Italia

Jeudi 12 à 14h30 et vendredi 13 à 22h

SYNOPSIS

Un jour de fête dans ce modeste appartement de banlieue, la première communion du fils Lorenzo, avec toute l’agitation qui accompagne un jour comme celui-ci. Personnages endimanchés, avec le buffet prévu pour fêter avec la famille ce grand événement. Qui aurait pu penser que, euphoriques au retour de la cérémonie, Agostino, sa femme Anna, le caustique grand-père Rocco, les deux enfants Erica et Lorenzo, accompagnés de toute la famille du beau-frère, Sergio, Romana, et leurs enfants Rossana et Luca, arriveraient sur le palier de leur appartement, retrouveraient la porte fermée, la serrure changée, et des étrangers à l’intérieur de leur propre maison ? On leur avait volé leur maison, pratique répandue dans les habitations populaires de la ville. Débute alors une guerre d’époque tragicomique entre pauvres, ou peut-être vaudrait-il mieux dire entre nouveaux pauvres, pour la reconquête d’un droit inaliénable, le droit au logement.

ROLANDO RAVELLO

Rolando Ravello débute comme acteur en 1995 dans Romanzo di un Giovane Povero d’Ettore Scola présenté à la Mostra di Venezia. Il joue le rôle principal dans trois autres films de Scola, Le Dîner, La Concurrence déloyale et Populaire de Rome. Suivent Almost Blue d’Alex Infascelli, adapté du livre de Carlo Lucarelli ; l’Histoire d’un Enfant par les frères Frazzi ; Fratella e Sorello de Sergio Citti. Il joue le rôle du cycliste Marco Pantani dans la mini-série télé RAI The Pirate de Claudio Bonivento et le rôle principal de Terapia d’urto écrite par Giorgio Faletti et dirigé par Monica Stambrini pour la série télé Crimini sur Rai 2. Il remporte le prix du meilleur acteur au Festival de Fiction de Rome pour ces deux films. Suivent d’autres téléfilms : Niente di personale écrit par Carlo Lucarelli et réalisé par Ivano De Matteo ; La Nuova Squadra Spaccanapoli. En 2012, il est l’interprète du film Diaz, qui raconte l’histoire tragique de Gênes en 2001 dirigé par Daniele Vicari. Au théâtre, il a joué le rôle de Caliban dans La Tempête par Andrea De Rosa, et Agostino, un monologue écrit avec Massimiliano Bruno et réalisé par Lorenzo Gioielli. Il est l’auteur du documentaire Via Volontè n 9 avec Emilio Marrese et produit par Fandango (prix du meilleur documentaire au Festival du film indépendant de Rome en 2009). Tutti contro tutti est son premier film en tant que réalisateur.

evenement.600.4552LA VARIABILE UMANA (LA VARIABLE HUMAINE) / DE BRUNO OLIVIERO, 83 mn. Avec : Silvio Orlando, Giuseppe Battiston, Alice Raffaelli, Sandra Ceccarelli. Genre : Thriller. Société de production : Lumière & CO. et Invisibile Film avec Rai Cinema.

Jeudi 12 à 20h30 et vendredi 13 à 14h

SYNOPSIS

Après le décès de sa femme, l’inspecteur Monaco semble se désintéresser de son travail. Il passe ses journées assis au bureau, vérifiant des documents et photographies, cherchant des indices, juste pour éviter le contact humain. Une nuit, un riche entrepreneur, Monsieur Ullrich, est assassiné et il est obligé de retourner sur le terrain. Il se retrouve face à sa propre fille, Linda, arrêtée en possession d’une arme et soupçonnée d’être impliquée dans l’affaire

BRUNO OLIVIERO

Né en 1972. Il a grandi dans la banlieue du sud de Naples. Après des études en anthropologie et une expérience au théâtre à Naples, il commence à la fin des années 90 à réaliser des documentaires. Après avoir déménagé à Milan en 2003, il a voyagé entre Naples, Milan et Paris pour réaliser ses documentaires souvent coproduits par la France. La variabile umana est son premier long métrage de fiction. Il a réalisé précédemment trois documentaires dédiés à la ville de Milan.