Tarantelle : voyage au coeur des danses populaires italiennes

Image

AfficheViaggioASudbis.indd

Publicités

Projection Miel et magnésie : ce soir

Cher adhérent.e.s de Nos Italies, Chers tous,
Nous vous rappelons que ce soir, à 17h30 aura lieu en salle D32 
 
la projection du film Miel et Magnésie d’Ellénore Loher, 
étudiante en L3 au département
image
La projection sera précédée d’une présentation de Anne Boulé, MCF spécialiste de cinéma italien au département.
L’événement a été organisé par Enrica Boni, que nous remercions!
Pour plus d’information, nous vous invitons à aller voir (et liker!) notre page facebook
L’entrée est libre et gratuite pour les adhérents.
En espérant vous voir nombreux ce soir!
Le bureau de Nos Italies – Paris 3
L’image contient peut-être : texte  Projection du film Miel et Magnésie de Ellénore Loehr - copie

15/10 bibliothèque Robert-Desnos, Montreuil : inauguration fonds en langue roumaine

Chères et Chers ami(e) et collègues,
C’est un beau projet qui se réalise aujourd’hui avec succès, 
grâce à l’enthousiaste équipe de la Bibliothèque Robert-Desnos de Montreuil. 
Le département EIR de la Sorbonne Nouvelle est présent par ses étudiants en roumain dans cette bibliothèque, par l’intermédiaire de la Bibliothèque d’Etudes Italiennes et Roumaines depuis le mois de janvier 2016.
Nous avons donc la joie de vous inviter à célébrer ensemble le livre roumain
par une conférence sur la littérature roumaine intitulée : 
Portraits d’auteurs, portrait d’une littérature,
animée des lectures de fragments littéraires en roumain et en français
faites par les étudiants en DLCR (certains dans leur traduction), 
et suivie de danses, de musique et de plats traditionnels roumains.
A la joie de vous y retrouver,
Laura Zăvăleanu
***
INVITATION À L’INAUGURATION
DU FONDS EN LANGUE ROUMAINE

à la découverte de la culture roumaine

LE 15/10 à la bibliothèque Robert-Desnos

de Montreuil à partir de 16h

capture-decran-2016-10-13-a-22-09-59

Les bibliothèques de Montreuil ont à cœur de proposer dans leurs collections des livres en langues étrangères et en bilingues pour tous les âges, favorisant la diffusion et la transmission des cultures présentes sur le territoire. À l’occasion de la création d’un fonds en langue roumaine, la Roumanie est mise à l’honneur toute l’après-midi et en début de soirée !

Au programme :

  • à 16 h : une conférence sur la culture et la littérature roumaine par Laura Zavaleanu, professeur de langue et de civilisation roumaine à l’Université Sorbonne Nouvelle Paris III

  • à 18 h : musiques et danses de Roumanie, ainsi que dégustation de mets typiques avec l’association Saint Stephan le Grand.

Pour diffuser l’information, vous trouverez le flyer de l’évènement ici.

 

Bibliothèque Robert-Desnos
14 bd Rouget-de-Lisle – 93100 Montreuil
01 48 70 69 04
Ligne 9 – Mairie de Montreuil

 

Philologie de la BD

 

Filologia del fumetto?

Pietro Scarnera, Une étoile tranquille.

Portrait sentimental de Primo Levi  (tr.

de l’it.), Paris, Rackham, 2015, 237 p.

.

. .  . Presentato di recente presso la benemerita libreria “Tour de Babel” (10 rue du Roi de Sicile, 75004 Paris), il romanzo grafico – pardon, in buon italiano graphic Novel – è stato premiato quest’anno al Festival di Angoulême nella sua versione francese di cui ci occuperemo qui, col prestigioso Prix Révélation 2016.

. .  . L’autore, torinese nato nel 1979, vive a Bologna. Con Diario di un addio, sulla lenta scomparsa del padre, fece il suo ingresso nel mondo dei fumetti nel 2009 (selezione Komikazen dello stesso anno). L’edizione originale di Una stella tranquilla si avvaleva di una prefazione del bravo studioso di Primo Levi, Marco Belpoliti, che l’autore non manca mai di ringraziare; del resto, un punto forte del romanzo risiede appunto nell’implicazione in prima persona dell’autore, un giovane che svolge – con l’amica – una specie di inchiesta sulla persona quasi mitica di Primo Levi. Ma in questa sede, come annunciato, ci interesseremo soprattutto all’edizione francese, con traduzione di S. Zas riletta da S. Détré.

EtoileTranquille, 182-83E intanto, piace segnalare un testo leggibile, pulito, con pochissimi refusi (un Millionario – ma in it. ovviamente – sembra quasi più defilippiano di De Filippo), e una lingua francese molto decente (si segnala un “n’a pas fait long feu” per “a fait long feu”, cioè “non ha funzionato, è durato poco”, a p. 226, ma ormai è questa una venialissima pecca, invalsa nei media audio, video e scritti di Francia). Infatti, da un punto di vista testuale che potrebbe coinvolgere anche il nostro futuro Master Pro di traduzione, le scelte nella lingua di destinazione (LD), per lo meno in testi letterari e paraletterari (cataloghi, elenchi, scritti storici, ricettari ecc.), sono interessanti da seguire e certamente una spia su strati poco appariscenti del testo originale nella lingua originaria (LO). Ma questo, vogliamo sperare, è ora risaputo.

. .  . Come non era prevedibile, la preparazione di Pietro Scarnera, la grande serietà della sua documentazione, l’acribia dei suoi rimandi a fonti verificabili (ad esempio, per dirne una, l’archivio lombardo dei Beni Culturali), la precisione degli scorci della città che lui presenta, Torino, oppure l’uso di interviste, carteggi, dichiarazioni effimere… sono davvero impressionanti. Si veda a p. 19, lo schizzo di Primo scolaro disegnato dal compagno G. Lattes (fonte citata a p. 225), oppure p. 50 (fonte: 226), 62-64 (e relativa p. 227 con opere di Mušič), ecc. Ma così pure gli autori assai precisi e rari che lui ha saputo reperire e sa usare opportunamente, da Nico Orengo (tra l’altro, presente come poeta nel nostro antico Printemps Italien, Paris 1977, sezione “Modernes tribus”) a Mladen Machiedo (di cui, in altri tempi, si occupò la rivista Langues Néo-Latines). Il nuovo testo in LD scandisce e fissa nel tempo (storico) quelle scelte ideologiche non sempre evidenti nei sottintesi e le connotazioni del testo originale (in LO): è questo il ruolo ermeneutico del tradurre, a bella posta sfruttato. Insomma, filologia – o forse meglio qui, filolografia – impeccabile. Certo il termine può sorprendere, ma – scartato filografia che viene usato anche per opere eseguite con fil di ferro (e, guarda il caso, Primo Levi si divertiva a creare maschere, animali, oggetti, appunto con il fil di rame usato nella sua fabbrica di SIVA) –, non trovo di meglio. Ad ogni modo, è vero (p. 83) che ci sono molti Levi in Levi: e anche Ulisse, l’eroe Odysseus, di cui volle adottare un’espressione emblematica per il proprio epitaffio: “hos polla planchthè”, qui erra si longtemps. Da una visuale filolografica, dunque, il libro è riuscito assai bene. Anche il fatto che sia rilegato – quasi come un classico inglese old style – è piacevole.

. .  . Ma, e questo è più raro ancora, la versione francese è stata attenta anch’essa alla filologia dei passi citati. Così, scartato giustamente il vecchio J’étais un homme del 1961, non più ristampato, in cui il capitolo de “I sommersi e salvati” era stato reso con “Les vainqueurs et les vaincus” (sic), il capitolo è correttamente riportato come “Les élus et les damnés” (trad. Schruoffeneger, 1987), con un’aria vagamente cristiana (p. 61), mentre diventa in quanto titolo di libro Les rescapés et les naufragés nella traduzione più corretta di A. Maugé, 1989 (p. 63, e rispettivi rimandi a pp. 227 e 233). Oserei segnalare che, nel mio saggio “Primo Levi et la traduction radicale”, del 1992, poi accresciuto per un omaggio a Pierre Laroche delle nostre Chroniques Italiennes (2002), proponevo – non poco, et pour cause, suggestionato da Dante – “disparus [o addirittura engloutis] et rescapés”: vedi adesso Web-PDF 69, p.196 (e nota). Non solo questa puntualizzazione è generalmente ignorata dagli specialisti italiani di Levi, ahinoi, ma in una recensione (per “Italinemo”), si citava proprio a non proposito “I sommersi e i dannati” (corsivo mio), semplice distrazione ovviamente.

. .  . Auguriamo al giovane filolografico, specie se dovesse interessarsi in futuro ad altri personaggi di quella letteratura italiana di cui ci occupiamo, tutto il successo che merita.

J.-Ch. Vegliante

ed. Rackham  (Paris)

.

FRONTiere, MARches – P.S.

Philothei Iordani Bruni nolani Cantus circæus

                      Une autre langue couramment utilisée, sinon ‘courante’ dans la péninsule italienne, au moins jusqu’au milieu du XVIIIe siècle, était le latin moderne. Des poètes modernes et contemporains, par ailleurs, ont écrit (et non banalement traduit) dans cette langue, de Pascoli à Sovente, pour n’en citer que deux… Voici, à titre de simple illustration, le Chant de Circé, sorte d’introduction poétique au traité ésotérique et mnémonique de même titre, publié à Paris en 1582 par E. Gilles pour le compte de Giordano Bruno alors absent de la capitale. En son nom, J. Regnault dédie ce livre au chevalier Henri d’Angoulême, grand Prieur de France et Gouverneur de Provence, demi-frère du roi Henri III : « Ad Altissimum Principem Henricum d’Angoulesme, magnum Galliarum Priorem, in Provincia Regis locumtenentem, &c. », comme on lira ci-dessous.

  image001

[Voir, sur l’ouvrage lui-même : M. Matteoli – R. Sturlese, Il canto di Circe e la ‘magia’ della nuova arte della memoria del Bruno, Atti « La magia nell’Europa moderna » a cura F. Meroi, Florence, Olschki, 2007.]

Visurus magam magni solis filiam,
            Pour voir la magicienne fille du grand soleil

His procedens é latebris,
                          T’avançant hors de ces lieux clos

Ibis Circêum liber in hospicium,
                Tu iras librement au séjour circéen

Haud arctis arctis clusum terminis.           Non confiné par d’étroits confins.

Balantes oues, mugientes & boues,
           Bêlants moutons, bœufs mugissants,

Crissantes hoedorum patres
                       Et bondissants géniteurs de chevreaux,

Visurus, vniuers’ & campi pecora,
              Pour les voir ainsi que le bétail des champs

Cunctasque syluæ bestias.                         Et tous les fauves de la forêt, tu iras.

Concentu vario errabunt cæli volucres,
      Les volatiles mettront leur concert dans l’air,

In terra, in vnd’ in aere.
                               Parcourant le ciel, la terre et les ondes.

Et to dimittent illæsum pisces maris,
           Mais les poissons de la mer te laisseront

Naturali silentio;                                           Passer sans rompre leur silence habituel.

Tandem caueto, quando domum appuleris,
  Attention pourtant, près de la demeure,

Inuenturus domestica:
                                    Quand tu voudras retrouver les familiers :

Namque antè fores, aditumqu’ ant’ atrii,
       Car devant le seuil, juste avant l’atrium,

Limosum se præsentans                                Tout boueux t’apparaîtra

Occurret porcus, cui si forté adhæseris:
    Courant le porc, dont si trop près tu approches,

Limo, dentibus, pedibus:                            De boue, des dents, des pieds

Mordebit, inquinabit, inculcabit,
                  Il te mordra, te souillera, te piétinera,

Et grunditu t’ obtundet.                               Et de son grognement t’assourdira.

Ipsis in foribus, in adituqu’ atrii,
                 Dans l’entrée, sur le seuil même,

Moraus genus latrantium:
                         L’espèce des bêtes aboyeuses

Molestum fiet baubatu multiplici,
              Te submergera de hurlements multiples

Et faucibus terribile.                                  Et t’effraiera de toutes ses gueules.

Hoc ni desipias, & nisi desipiat,
                  Si cela ne t’affole ni ne les rend fous,

Metu dentis, & baculi,
                                 Craignant leurs crocs, eux ton bâton,

Te non mordebit, ipsum non percuties,
      Ils ne te mordront pas, toi ne les frappe pas,

Perges, nec te præpediet.                          Mais va de l’avant, ils ne s’opposeront pas.

Quæ cum solerti euaseris industria,
             Ces épreuves brillamment surmontées,

Interiora subiens :
                                         Poursuivant alors vers l’intérieur,

Solaris volucer to gallus excipiet,
                 Le solaire volatile, le coq, t’accueillera

Solis committens filiæ.
                                  Pour te présenter à la fille di soleil.

(tr. JcV)

– – – – – –

90 ans de l’Istituto LUCE

L’Italie fête comme il se doit les 90 ans de l’Istituto Luce, mine de documents pour quiconque s’intéresse à la culture italienne – dans la Péninsule et au delà – et miroir saisissant de ce qu’a pu être une propagande « intelligente », avant la naissance de la publicité et du soft-power post-industriels. La culture : nous parlons toujours de l’anthropologie d’une aire culturelle italo-romane, non pas du savoir scolaire de la seule nation italienne. Les très nombreux documents disponibles sont une source précieuse, cela va sans dire, pour maint cours ou recherche de type « civilisationniste », et littéraire bien sûr (ne serait-ce que par nécessité de contextualisation), voire linguistique (le dernier épisode ci-dessous est un festival de pronoms, bien articulés par la puissante mascella d’un chef forcément « fatal »). La période la mieux illustrée est en effet, pour des raisons évidentes, celle du Ventennio fasciste, mais l’immédiat second après-guerre (à savoir l’Italie précédant immédiatement le basculement dans la modernité des années 60) – un peu comme dans l’extraordinaire Paisà de Rossellini, sur les premiers jours de la Libération (1946), ou Il cammino della speranza de Germi (1950) sur les dernières années du « paysage » italien, avec ses habitants séculaires bien sûr, un monde à présent disparu, traversé de la Sicile à la frontière française -, cette période étrange entre le chaos misérable d’un pays à terre et l’imminent consumérisme du « miracle », est également bien représentée. Si bien que Luce in mostra, pour qui se trouvera à passer par Rome cet été, mérite certainement de renoncer pour quelques heures au soleil italien.

Les épisodes principaux, facilement accessibles, sont les suivants :

– Sur les mentalités et l’imaginaire « italiens » :   1. http://video.repubblica.it/luce/eventi/luce-in-mostra-a-roma-l-immaginario-italiano/170207/168696

– Plongée dans les réalités diverses du pays Italie(s) :   2. http://video.repubblica.it/luce/eventi/luce-in-mostra-il-paese-reale/170207/169687

– Les premières lueurs du passage d’un monde « arriéré » à la modernité :   3. http://video.repubblica.it/luce/eventi/luce-in-mostra-modernita-e-arretratezza/170207/169689

– Le bombardement du nid d’aigle Monte Cassino (cf. ici très directement Paisà) :   4. http://video.repubblica.it/luce/eventi/luce-in-mostra-il-bombardamento-di-cassino/170207/169686

– L’inévitable « homme au balcon » :   5. http://video.repubblica.it/luce/eventi/luce-in-mostra-duce-noi-siamo-cosi/170207/169685

 

Cultira/A Roma mostra su Istituto Luce: film e foto su 90 anni d’Italia

. . .

Cinecittà, cocomeri (rossi)

 

 

 

. . .

(Mostra multimediale – « I  90 anni dell’Istituto Luce », Roma, Vittoriano, luglio-sett. 2014)

Qu’on se le dise !…

..