La littérature italienne et la Grande Guerre – L’étranger ennemi et frère.

 Lundi 2 décembre 2013, à 18h30 : Conférence à la Maison de l’Italie de Giovanni Capecchi, Docente di Letteratura italiana Università per Stranieri di Perugia. Incontro animato da Nicola Guarino di Altritaliani e Roberto Barnabé di Italiance

Capture d’écran 2013-11-28 à 14.21.11Giovanni Capecchi, professeur de littérature à l’Université pour étudiants étrangers de Pérouse, présentera un tableau d’ensemble de la littérature italienne née durant la première guerre mondiale ou liée au conflit de 1914-1918 à travers des auteurs qui ont combattu (de Renato Serra à Giuseppe Ungaretti, de Giani Stuparich à Emilio Lussu) mais également à partir de témoignages d’écrivains qui ont vécu la guerre « à distance » parce que renvoyés à l’arrière (tels Aldo Palazzeschi, Umberto Saba et Carlo Emilio Gadda) ou encore parce qu’ils n’étaient plus assez jeunes (Luigi Pirandello, Italo Svevo, Federico De Roberto.

giovanni5101-cop-Capecchi_a1La rencontre – en langue italienne – sera animée par Nicola Guarino d’Altritaliani, Roberto Giacone, directeur de la Maison de l’Italie, et Roberto Barnabé, du Centre Italiance.

Elle est organisée avec le soutien de l’Istituto Italiano di Cultura, la SIES (Société des Italianistes de l’Enseignement supérieur), le magazine Focus In et La Libreria, de Paris.

Pour l’affiche en italien : affiche incontro Capecchi Grande Guerra Parigi.

Entrée libre.Maison de l’Italie – Cité Internationale Universitaire, 7A boulevard Jourdan – 75014 Paris. Accès : RER B Cité U, Tram T3 Cité U.

 

 

Publicités

3 réflexions au sujet de « La littérature italienne et la Grande Guerre – L’étranger ennemi et frère. »

  1. A’ noter, dans notre département, le récent mémoire M2 de Caroline Gielly : « L’expérience de la Grande Guerre dans la poésie de Clemente Rebora et Giuseppe Ungaretti » (dir. JcV), 135 p.

    • Bonjour,
      Ce mémoire a-t-il été publié ?
      Dans l’affirmative, où peut-on se le procurer ?
      Je vous remercie de votre réponse.
      Bien cordialement,
      S. Pidon

      • Chère collègue,
        ce Mémoire est coté D 941 dans notre bonne bibliothèque d’études italiennes et roumaines.
        Je me permets de vous signaler, à cette occasion, le fonds spécifique CIRCE, particulièrement riche sur ce genre de travaux publiés ou non… en principe, par Virtuose+ (je l’ai en tout cas demandé à de nombreuses reprises), vous devez pouvoir accéder directement aux ouvrages et documents « balisés » CIRCE dans le catalogue général.
        Bien cordialement,
        J.-Ch. Vegliante

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s