FRONTiere, MARches (16)

Benvenuto Lobina, poète sarde

Né à Villanova Tulo en 1914, mort à Sassari en 1993, Benvenuto LOBINA est surtout connu pour son roman consacré à sa région natale, Po cantu Biddanoa [Villanova], 1987 (n.lle éd. 2004), écrit en sarde campidanese avec des dialogues dans la variante locale sarcidanese. Mais il a publié des vers dès les années Cinquante, par ex. dans « La Nuova Sardegna » (en p. 3), et a reçu la consécration du prix Lanciano de poésie en 1975. Parfaite illustration des échanges latins « les uns par les autres », il a traduit également en sarde des écrivains hispano-américains. Un bon spécialiste de son oeuvre écrit, à propos du texte dont nous proposons le début ci-après : « Esprimere, esprimersi: questo manca ai vinti: e vinti li lascia. Questo è il tema dell’ultima canzone di Lobina, Canzoni nuraxi, dove l’idea – l’Idea – dei primi abitatori di questa terra ora disisperada, di quest’Isola non detta, non si è fatta parola, non si è affiancata all’abilità costruttiva dei giganti megalitici, perché non è stata accompagnata da fueddu’ de profetas, né da fueddu’ de dottus, né da conzillus, o semingiu o trastus; sì che le parole pur pronunciate non sono state compiute, e son rimaste fueddu’ non cumprius che era bregùngia lassai a i’ benidoris, perché parole solo “del pane, dell’acqua, del riparo” ».

Seulement à titre d’exemple, deux termes que l’on retrouve souvent ici : ‘nouraghe’ et ‘mot, parole’ : nuràke / favéddu (sarde central), nuràghe / faéddu (logudorese), nuràxi / fueddu (campidanese) – toscan ‘favella’ – Cf. M.L. WAGNER, La lingua sarda – Storia, spirito e forma, Bern, F. Verlag, 1951.

JcV

.

Canzoni nuraxi

 

.    Cun custus fueddus ismenguaus, sordigosus, ispisteraus,

fueddus imprestaus, fueddus burdus, arestaus,

fueddus angariaus.

Cun custus fueddus trobius.

I.

.    Innantis fut s’idea.

Di aundi é benìa, s’idea, di aundi é benìa,

passendu a s’appràpidu maris di azzardu,

alluinada maris de luxi,

alas de bentu chi si pinnìgant in mesu celu,

e innoi, seguras, ’ndi càlant a fai cussòrgia?

Idea – alas de bentu, arrùndili arriscada,

sinnalis de grandesa a s’ora ’e movi

deidadis contrarias negau

t’ìant in bolu ’e storis, in is nuis

chi cuanta su soli;

accumpangiau

no t’ìanta fueddus de profetas

airaus po s’abbandonu,

ni fueddus de dottus, ni cunzillus,

ni semìngiu, ni trastus.

Ma candu, fatta tallu a prima arei,

poita no as postu po disfida

arrexìnis a is perdas de fundu,

arrexìnis chi éssinti che raju spaccau sa terra

e logu a logu cungiuntu

éssinti,

i òmini a òmini?

Poita no as prantau

sa rosa arrùbia chi spànnat contra su fogu,

sa rosa boxi e bandera

chi zérriat a sa sighìa de punta ’e is montis,

e denniunu dda bidi,

e denniunu dda ’ntendit,

e accùdit, accùdit?

Fueddu

poita no as intregau

a sa perda allisada disigiosa ’e scraffeddu,

abbandonada

che fémina chi no imprìngiat, in lettus de soli,

o interrada muda in is intragnas iscuriosas de sa terra,

muda

a is pregontas mias?

O fut bregungia

lassai a is benidoris is fueddus no cumprius

chi cumenzànta a pillonai in s’àiri noa

cun su ludu de is terras lassadas ancora piccigau?

Fut bregungia

lassai sceti is fueddus

de s’aqua, de su pani, de s’arreparu?

[…]

Chanson nouraghe

.    Avec ces mots humiliés, salis, fracassés,

ces mots d’emprunt, ces mots faussés, rendus sauvages,

ces mots opprimés.

Avec ces mots empêtrés.

I.

.    D’abord il y eut l’idée.

D’où est-elle venue, l’idée, d’où venue,

traversant à tâtons des mers de péril,

éblouie en mers de lumière,

ailes de vent qui s’assemblent en plein ciel,

descendant ici, sûres, et s’y installent ?

Idée – ailes de vent, hirondelle téméraire,

tout signe de grandeur à ton départ

te fut refusé par des dieux contraires

en vols de corbeaux, en noires nues

occultant le soleil ;

et ne t’accompagnèrent

ni paroles de prophètes

courroucés par l’abandon,

ni paroles de doctes, ni conseils,

ni don de semences, d’outils.

Mais une fois ta harde, ton premier troupeau fait

pourquoi n’as-tu pas fixé comme défi

des racines aux pierres de fondation,

racines qui comme un dard fendent la terre

et auraient conjoint un lieu

à l’autre,

un homme à l’homme ?

Pourquoi n’as-tu planté

la rose rouge qui s’ouvre contre le feu,

la rose voix et drapeau

qui sans cesse appelle du haut des montagnes,

et que chacun la voie

et chacun l’entend,

et accourt, accourt ?

Un mot,

pourquoi ne pas l’avoir confié

à la pierre polie, offerte au burin,

abandonnée

comme femme inféconde en des lits de soleil,

ou muette enfouie dans le ventre obscur de la terre,

muette

à ces questions miennes ?

Ou bien était-il honteux

de laisser à tes descendants des mots inachevés

qui commençaient à bourgeonner dans l’air neuf

encore tout poissés de la boue des terres quittées ?

Était-il honteux

de ne léguer que les mots

de l’eau, du pain, de l’abri ?

 (tr. JcV)

(*) D’autres poèmes en sarde – contemporain – dans le blog CIRCE (Antonella Anedda)

_ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _ _

Cineclub Italiance: vendredi 26 avril, à 20h

Care amiche e Cari amici,

Venerdi prossimo ore 20, avremo nel nostro consueto cineclub di Italiance a 14, rue de Trévise, 75009 Paris, un evento speciale dedicato ad Armando Lostaglio autore di diversi film e video, nonché giornalista e critico cinematografico.

Vedremo una sua opera breve: « Albe dentro l’imbrunire » ed estratti dedicati alla sua regione, la sacra e magica Basilicata o se preferite Lucania.

L’autore sarà presente.

Ecco il link per maggiori informazioni.

La serata si completerà con un rinfresco e degustazioni.

Per info: 06 66 68 08 24

Vi aspetto. Non mancate!!!

Grazie e a presto,

Nicola Guarino

Terra di Cinema 2013

logo tdc 13

Comme chaque année au mois d’avril le festival de cinéma italien, Terra di Cinema, propose une programmation diversifiée de la production cinématographique italienne : longs-métrages, documentaires, courts-métrages, films d’animation, qui permettent d’aller au-delà des clichés en offrant une vision sensible et contrastée de la société italienne. Découvrez le programme et lisez le Petit journal du festival Journal TDC 2013.

Les étudiants de 3e année de Licence d’italien ont traduit les sous-titres de 

six courts-métrages inédits de Dino Risi,

projetés durant le festival mais que vous pourrez aussi voir

à la Sorbonne Nouvelle le 22 avril à 14h15, 

à la Cinémathèque de Censier (salle 49)

Semaine ‘italienne’ à l’ENS de Paris, 9-19 avril 2013

projet-affiche-ghirri1

Une « semaine italienne » est organisée à l’École normale Supérieure du 9 au 19 avril 2013.

Cinq rencontres en italien et en français: cinéma, littérature, journalisme, musique, théâtre.

Pour plus d’infos, voir le site de l’événement et le programme ci-joint: Semaine_italienne2013