Enio Sartori, autour de l’ ANGUANA (FRONTiere, MARCHes 10)

Nous présentons cette fois-ci seulement un texte dans sa version originale (dialecte de la région de Vicenza), dont vous trouverez l’interprétation chantée ICI, et qui a été traduit dans le blog de CIRCE  http://uneautrepoesieitalienne.blogspot.com  (auquel nous renvoyons donc). Son auteur est, par ailleurs, professeur de Lettres et spécialiste de Zanzotto.

[L’anguana se nomme aussi dans d’autres régions « guivre » ou « vouivre », et apparaît généralement près des points d’eau sous forme de jolie fée : image ambivalente bien sûr, comme celle de l’eau même, vie et mort, épiphanie et perte… polyptote : « canto che incanta ».]

                                                                                        JcV

…………………..

CANTO VII

Nota d’anguana (apparizione)

Nina nana nota

d’anguana, canto

che incanta

divina moina

nenia che ninola

vose de strìa

lengua rufiana

stràviame via

Sguissa dal bojo

pì sconto pì fondo

sagoma e vampa

in dansa imbriaga

oh, la voja

el morbìn

de vardarla

de tocarla

almanco ‘na volta

E la va la passa rente

e la va la passa oltra

fala cantare ma làssela ‘ndar

E la va la passa rento

e mi vo mi vo de onda

fala dansare ma làssela ‘ndar

Sbianca la luna sbianca la lana

salta ne l’aria in dansa imbriaga

l’onda scontorna in magica forma

passo felpà par fata de fià

[Rit. E la va la passa rente…]

E la va la passa rento

e la va la va nel vento

fala cantare ma lassela ‘ndar

Nina nana, nota d’anguana,

canto che incanta…

(Enio Sartori)

………………………

Publicités