Jeudi 10 mai, 16h30-18h30: conférence sur De Roberto

Jeudi 10 mai, Pierluigi Pellini (enseignant-chercheur à l’Université de Sienne, professore associato à la Faculté de Lettres d’Arezzo), présentera une conférence sur Federico De Roberto, intitulée : « Le strutture narrative nei Vicerédi Federico De Roberto »

Napolitain de naissance et sicilien dans l’âme, né en 1861 dans une Italie sur le point de se faire, Federico De Roberto est l’auteur, longtemps resté dans l’ombre de son maître Verga, d’un chef d’œuvre romanesque quasiment incontesté, si l’on exclut les réserves idéologiques émises par Benedetto Croce et qui d’ailleurs conditionnèrent pendant des décennies la réception critique de ce livre, dépourvu de « poésie », publié en 1894 : I Viceré. Le texte, écrit dans une langue aux accents polémiques inédits (un style coloré, polymorphe, polyphonique, ironique, à la fois âpre et délicieux, tour à tour sombre et hilarant), offre un tableau déconcertant, au réalisme pessimiste, des années de l’Unité et du Post-Risorgimento, loin des codes d’une littérature commémorative encensant les actions et les hommes ayant conduit à faire de l’Italie une Nation « Une, Indépendante et Souveraine ».

Nous pouvons dire aujourd’hui, débarrassés des conditionnements crociani, qu’il est impossible de lire et de comprendre pleinement ce filon de la littérature italienne engagé dans la représentation de l’exception sicilienne, de Pirandello à Tomasi di Lampedusa, de Sciascia à Camilleri, sans avoir lu le chef de file de cette « école » sicilienne dissidente, certes, mais viscéralement amoureuse de la Trinacria, à savoir Federico De Roberto lui-même.

Enseignant-chercheur à l’Université de Sienne et plus précisément jeune et brillant Professore associato à la Faculté de Lettres d’Arezzo (Département des Littératures modernes et des Sciences du Langage), Pierluigi Pellini est un spécialiste de littératures comparées, tout particulièrement attaché à l’étude du naturalisme européen et à qui nous devons deux importantes contributions à ce sujet : Naturalismo e verismo et In una casa di vetro: generi e temi del naturalismo europeo. Le jeudi 10 mai 2012, dans le cadre de la préparation au concours de l’Agrégation externe d’Italien, Pierluigi Pellini se propose ainsi, prioritairement, de lire les structures narratives du roman central du cycle dit « des Uzeda di Francalanza » (du nom de la famille catanaise princière dont les vicissitudes sont au cœur de la trilogie composée de L’IllusioneI Viceré etL’Imperio) à la lumière d’un contexte culturel et philosophique particulier, déterminant dans la conception de l’œuvre maîtresse dérobertienne.

Jeudi 10 mai, 16h30-18h30, salle Polyvalente, Centre Bièvre (1 rue Censier, 5e étage)

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s