FRONTiere, MARCHes (3)

Trois voix féminines d’Istrie

Les trois textes istriens du Canzoniere italiano recueilli et présenté par P.P. Pasolini (Garzanti 1972) proposaient tous des amours contrariées finissant dans le drame (à l’une des protagonistes, la voix chorale conseille même : « Prendi un coltel di talio, Uccidi il tuo papà »). Si l’on retrouve aujourd’hui certains traits narratifs traditionnels de cette aire culturelle, le ton des poèmes que l’on va lire semble s’être rapproché des courants lyriques italiens les plus répandus, avec peut-être des souvenirs de Pascoli (Bogliun, Floris) et de la théâtralité assez générale dans la ‘ligne lombarde’ de Sereni à Raboni ou un certain Caproni (Delton), dans un ton nettement plus ‘bas’.

Nous avons choisi ces exemples parmi ceux que propose très régulièrement la revue belge micRomania, déjà signalée dans le premier épisode de cette rubrique ; la référence abrégée est celle du trimestre suivi de l’année de parution (en l’occurrence, 2001, 2005 et 2011) ; il faut saluer le travail accompli par ce trimestriel – présent bien sûr dans notre belle bibliothèque – en faveur de la diffusion des langues romanes régionales. Saluons également la belle vitalité dont fait preuve la langue istrienne, désormais presque toute émigrée hors de sa région d’origine, aujourd’hui croate. Un parler proche des variantes vénètes, où nous avons noté s la spirante sonore comme dans it. [kazo] : caso, “hasard”. Une carte, davantage focalisée sur les îlots istro-roumains autour de Valdarsa, mais toujours utile, figure dans la première publication de ces ‘FRONTiere MARCHes’.

(JcV)

 – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –

 

  • Loredana Bogliun (1955, Pola)

Al mandoler                                           L’amandier

In tal revardo sussourado                            Dans cette retenue chuchotée

de la veita ch’a se fa granda                        de la vie qui se fait grande

al preimo mandoler carissa l’aria                 le premier amandier caresse l’air

cul suspeiro de nuveissa                              avec un soupir d’épousée

grando e bianco se s’gionfa                        grand et blanc vois qu’enfle

al bouto in tala bavisela,                              le bouton dans la petite brise,

pien de bondansa al se specia                     plein d’abondance il se mire

cu la nosensa de la piouma.                        avec l’innocence d’une plume.

Ghe si soun sta tera momenti                      Il y a sur cette terre des moments

de arbori inseina fuie                                   d’arbres sans feuilles

ch’a se spando                                             qui s’étendent

i se regala                                                    et se donnent

a quil ch’a no se pol dei cu la favela            à ce qui ne peut se dire en mots

drento ghe si la louss ch’a me fa bela.        dedans il y a la lumière qui me fait

belle.

micRomania 3.11

 

  • Lidia Delton (1951, Dignano)

Ricordando domeici                     In memoriam domici (manzin)

“Se avessi un mandolino…”                             “Si j’avais une mandoline…”

quante volte                                                     que de fois

el la jo cantada,                                               il l’a chantée,

a le nonse,                                                       aux noces,

al batizo                                                           aux baptêmes

“sempro alegri, mai passion…”                       “toujours joyeux, jamais passion…”

el uzava deighe ai zuveni,                               répétait-il aux jeunes,

lou,                                                                  lui,

a fianco de la so Mineina,                               aux côtés de sa Minime,

co ’l samerol co la ricia calada                        avec l’âne à l’oreille tombante

e co ’l baston a rento                                       et la canne le long

la gamba malada,                                            de sa jambe malade,

de cumpasion no ’l vuliva savì                        pas question de compassion

parchì,                                                             parce que,

in reidi el diziva:                                              en riant, disait-il :

“La veita zi de pasajo                                     “La vie est de passage

e alura…”                                                       et alors…”

le note de ’l mandolein                                   les notes de la mandoline

uramai zi sulo oun eco in cuntrada.                ne sont plus qu’un écho dans le quartier.

micRomania 2.01

  • Romina Floris (1972, Pola)

La morto passada                            La mort passée

Fra le cros de la vita                                           Parmi les croix de la vie

la morto par cusì alargo.                                    la mort paraît si éloignée !

I verdi ani del sol                                                Les vertes années du soleil

che i me jo                                                         qui m’ont

poco tempo i mi lasa                                          peu de temps me laissent

per pansà ola la cal                                            pour penser là où la route

finiso.                                                                finit.

Ma adeso ghi pensi,                                          Mais voici que j’y pense

adeso ghi priori                                                 que j’en pleure

no per la bianca pagura                                     non pour la blanche frayeur

ma per el dolor                                                  mais pour le chagrin

de no pode più ve ’n lapis                                 de ne plus avoir un crayon

’n toco de carta per scrivi                                 un bout de papier pour écrire

ste solo parole,                                                  ces simples mots,

parole dela mort pasada.                                   mots de la mort passée.

micRomania 2.05

– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –

 

– – – – – – – – – – – –

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s