La saveur du savoir

A l’heure où notre estomac se remet à peine des orgies de foie gras, de panettone et autres friandises « natalizie », Chroniques italiennes nous propose de prolonger digestement et délicieusement ces plaisirs de la table, auxquels Italiens et italianistes ne sauraient être insensibles.

Le dernier numéro, intitulé « nourrir et se nourrir dans la culture italienne, XVIIème-XXIe siècles », nous invite à observer comment, par l’acte alimentaire, se dessinent les contours d’un rapport au monde. Un thème nourri par des analyses historiques, politiques, sociales…et bien sûr littéraires, pour un résultat à croquer. Des morceaux de choix, allant des contes de Giambattista Basile à Manzoni et aux Ghiottoni  de Fabio Tombari , de Gadda au célèbre commissaire Montalbano, du cinéma au théâtre.

Pour les gourmets et les gourmands littéraires, pour reprendre le temps de déguster l’une des « substantifiques moelles » de l’humanité…Bon appétit !

Alexandra Gompertz

Vous pouvez lire les articles en ligne : http://chroniquesitaliennes.univ-paris3.fr/numeros/Web21.

Pour décider par où commencer à picorer, voici le sommaire :
Brigitte Le Gouez, Avant-propos

Constance Jori, La cour et la maison de l’ogre : modes de l’oralité dans Lo Cunto de li Cunti overo lo trattenemiento de peccerille de Giambattista Basile (1634-1636)

Alexandra Gompertz, Le sens du goût – étude des métaphores alimentaires dans Lo Mercante de Giambattista Basile

Pascale Budillon-Puma, La nourriture dans les récits historiques du XIXe siècle en Italie : morceaux choisis

Sarah Amrani, « Nel sapore la sapienza » – La substantifique moëlle des Ghiottoni de Fabio Tombari

Floriana Di Ruzza, Meditazione Piacere Colpa : un percorso filosofico-culinario nell’opera di Gadda

Maria Pia De Paulis, Sapore/sapere nell’universo immaginario di Camilleri-Montalbano

Anne Boulé-Basuyau, Pranzo di Ferragosto : caprices, bisbilles et réconciliations entre ciambellone et parmesan.

Comptes-rendus :

Elisabetta Simonetta, Risotto : degustazione di un’amicizia

Carminella Biondi, Nourritures postcoloniales : Food in Postcolonial and Migrant Literatures / La nourriture dans les littératures postcoloniales et migrante

Un autre compte rendu et un peu d’iconographie viendront bientôt prolonger cette explosion de saveurs et de savoirs…On vous tient au courant !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s