FRONTiere, MARCHes…

Au delà de « la merveilleuse diversité des langues et dialectes italiens » (G. Rohlfs), y compris bien sûr leurs nombreuses variations dans le monde de l’ancienne – et  de la nouvelle – émigration, le long des marches de la péninsule, aussi bien du côté maritime (Malte, Corse) que vers les montagnes du nord (Suisse) et de l’est (ex-Yougoslavie), toute une infinie gradation, du plus proche au radicalement différent, offre de riches motifs de réflexion sur les processus d’unification et de différenciation linguistiques, ainsi que sur la complexité de l’identité personnelle et culturelle. Les influences, phénomènes d’adstrat et contaminations, se produisent bien sûr dans les deux sens. En particulier, puisque nous sommes un département d’Etudes Italiennes et Roumaines, le cas de l’istro-roumain nous a semblé susceptible d’ouvrir un champ d’observation intéressant, y compris dans une perspective diachronique – si l’on pense, entre autres approches de la grande tradition historiciste, au cas de Tommaseo. Cela, pour commencer.

Les très divers parlers « nationaux » péninsulaires, y compris ceux de l’italien parlato-scritto populaire régional, ne seront pas oubliés pour autant. A’ suivre…

(JcV)

 Présentation générale :

http://www.istro-romanian.net/articles/art921105.html

      Carte (Istrie et Krk, « Veglia ») :

http://cubreacov.files.wordpress.com/2010/10/istroromani.jpg

                             Pour d’autres informations :

http://www.orizonturiculturale.ro/ro_intalniri_Emil-Petru-Ratiu-interviu.html

Une illustration :

Gabriel Vretenar (né 1984 à Noselo-Susnievita « Valdarsa »), ãl nascut în anu 1985 la Noselo.

Me Istra  /  « Mon Istrie »    

Tornaves me ãn Istra                                   Je m’en retourne en Istrie
Lu pemintu nascut                                       à ma terre natale
Lu braidile şi nìivele                                     aux campagnes, aux champs,
Lu bosche zelene.                                       aux vertes forêts.

Hmo ãn Istra                                                Maintenant en Istrie
Io me tornaves                                             oui je m’en retourne :
Domata besada                                           un parler domestique
Şi cãnãtu che avdu.                                    et un chant que j’entends.

Tornaves me ãn Istra                                  Je m’en retourne en Istrie
An mai musat crai                                       au pays le plus beau
Iuva potocu suma                                       où le ruisseau murmure
Şi pulìi cântu.                                              et chantent les oiseaux.

Ăn irima ai fost                                            En mon cœur, tu fus
Vaica lìubita,                                               toujours chérie,
Nicad utata                                                 jamais oubliée
Muşoia Istra ma.                                         ma belle Istrie.

De : Scrisore cãtre fraţ Rumer, Asociaţia Culturale lu Istro-Rumeni « Andrei Glavina », Triest, 1997

– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –

Archive :  Deux nos spéciaux de la revue « Les Langues Néo-Latines » (LNL 241 & 253), 1982-1985, Quelques autres Italies. Voir aussi plusieurs nos de l’excellent trimestriel « micRomania » (Belgique). Tous évidemment présents dans notre bibliothèque de département.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s